De Sucré au salé

Départ de Sucre vers les 11h30 direction Potosi. Nous avons repéré une station service sur ioverlander en bordure de la ville car il nous a été déconseillé de s’aventurer dans Potosi avec le camping-car.  Malheureusement quand je vais demander l’autorisation pour passer la nuit, on me l’a refusé catégoriquement. Bon on trouve un autre point pas trop loin de là mais cette fois il n’y a pas de place et pour repartir pas le choix que de passer un peu dans la ville. Le sens de circulation n’est pas dans notre faveur, on veut reprendre la rue principale !!! Nous nous retrouvons dans des rues étroites et pour certaines avec les échafaudages, du coup je sors pour observer le haut d’Icidor, Seb gère la largeur. On passe 2-3 rues un peu compliquées (durant lesquelles on retient notre respiration et ou on sue un bon coup) avant de récupérer la route périphérique de la ville. Le choix est vite prit, on dormira à la sortie de Potosi. Le coin est tranquille, seulement nous et quelques chèvres. Nous faisons l’ascension d’une petite colline pour avoir un autre point de vue. La nuit sera calme. Aujourd’hui nous allons jusqu’au termes de Rosario. Nous prenons une piscine familiale pendant 2h, c’est très rudimentaire mais très agréable. L’eau est au environ de 35°.

Depuis le début de notre aventure familiale la route entre Sucre et Uyuni  fait l’unanimité. Les paysages sont à couper le souffle,  les montagnes magnifiques avec de multiples couleurs et la route est en bonne état. Nous croisons plusieurs troupeaux de lamas avec leurs pompons ou collier de couleurs (cela sert à les reconnaître pour  leurs propriétaires).  Il y a aussi des vigognes (sorte de lama plus fin et sauvage).

Dimanche 11 août nous voilà arrivé à Uyuni mais il faudra attendre le lendemain pour aller sur le mythique salar. Avant de nous y rendre nous devons faire le pleins de diesel et faire remplir notre bouteille de gaz française. (De tout manière, dixit Seb, s’ils ne veulent pas la remplir je la laisse sur le trottoir !!). Nous allons au restaurant pour profiter du wifi, comme d’habitude Éléonore prends un hamburger simple accompagné de papas fritas, Léontine opte pour des lasagnes et avec Seb nous prenons un plat bolivien (lomo montado).

Lundi 12 août, fin de matinée super nous sommes opérationnels pour aller sur le salar. On sort les lunettes de soleil pour tout le monde. Les premiers tours de roues d’Icidor se font sur les traces des multiples 4×4 des tours opérateurs. Nous arrivons devant la mythique statue de sel du Dakar et vers les multiples drapeaux. Les filles reconnaissent rapidement le drapeau de la France et que voit-on juste en dessous ??? Notre chèvre ardéchoise !!! Puis nous mangeons entouré de 4×4 et nous constatons qu’il y a beaucoup de français: des couples ou des groupes de jeunes mais pas de famille et nous sommes les seuls en camping-car !! Nous reprenons la « route » et nous nous rapprochons de l’Isla incahuasi (l’île au cactus). Choses promises, choses dues les filles re-conduisent Icidor sur le Salar à la seule différence que cette fois Léontine est seule au commande. Du coup, on commence la petite vidéo pour l’école (le salar est la troisième photo qu’elles ont présentés sur leur exposé). Nous nous « posons » pour la nuit avec l’île aux cactus qui nous paraît toute proche pour réaliser quelques photos trompe-l’œil et apprécier le coucher du soleil puis nous rentrons vite car la température diminue rapidement. Petit dessin animé puis tout le monde au lit. Nous mettons le réveil pour ne pas rater le lever du soleil.

La température extérieure à 6h15 sur le salar est de -5°C (nous pensions que ça serai pire), les filles sont longues à se réveiller et elles n’auront pas le courage de sortir, elles regarderont le lever du soleil depuis les lanterneaux de la capucine, au chaud sous la couette. Seb et moi apprécions ce moment unique, SEUL dans le salar. Encore une étape de notre aventure qui me fait me sentir toute petite (encore plus que je ne le suis lol) après Iguazu, le pantanal et les montagnes boliviennes. Petit-déjeuner au chaud puis direction l’île au cactus. On grimpe pour encore plus apprécier l’entendu du salar. Les filles sont impressionnées par les énormes cactus et s’inventent des histoires. Puis nous reprenons la route pour nous rendre …. sur le salar mais loin de tout le monde et reprenons l’enregistrement de la vidéo pour l’école et des photos « rigolotes » comme dit Éléonore. Pour les photos c’est peut-être rigolo à imaginer mais pour les réaliser il faut être patient (n’est ce pas Éléonore). Pour les faire nous mettons nos beaux tee-shirts SMILE !! Nous décidons de passer une nouvelle nuit dans ce beau lieu.

Mercredi 14 août, faire l’école avec comme vu le salar c’est bien. La cour de récréation est vaste !!! Allez c’est parti pour aller trouver l’escalier de sel qui n’est pas très loin de la sortie du salar. Nous avons le point sur Osmand et la boussole pour nous diriger. Seb un peu plus au nord, non plus par là, regarde là-bas il y a des traces …. super on l’aperçoit… Ah oui c’est un escalier de sel posé !!! Les filles le montent rapidement et avec les jumelles observent tous les alentours. Voilà, nous aurons passé 2 jours sur le salar et nous avons bien l’intention de revenir le voir mais cette fois ci à la période humide (lors de notre remontée pour le Pérou). Maintenant, direction une station de lavage pour Icidor et oui il faut lui enlever tout ce sel !!! Nous retournons à Uyuni pour visiter le cimetière de train (que nous pensions beaucoup plus important). Les filles ont adorés grimper dans les vieilles locomotives, escalader les wagons…

Jeudi 15 août, direction Tupiza pour nous rapprocher de la frontière de l’Argentine. La route est annoncée dès le départ en construction mais elle sera parfaite jusqu’à 10 km avant Tupiza. Il nous faudra rouler dans le rio Tupiza pour arriver en ville. Nous nous arrêtons dans un hôtel qui propose son parking au camping-car et l’accès à une salle de bain et une cuisine. Une longue douche ça fait toujours un bien fou surtout quand elle est bien chaude. Nous remplissons aussi nos réservoirs d’eau et laissons notre linge à la lavenderia de l’hôtel. Le lendemain, je demande à Mario (le propriétaire) si une randonnée à cheval est possible avec Éléonore sinon nous la ferons à pieds. Le rendez-vous est pris avec Gabriella pour 14h30, elle vient nous chercher directement à l’hôtel. Arrivée au haras, Léontine et Éléonore sont équipées de bombes et nous de chapeaux de cow-boys. Léontine grimpe facilement sur son cheval, puis c’est à mon tour (petite appréhension c’est seulement la seconde fois que je fais du cheval et la première fois remonte il y a un certain temps ou un temps certain…). Seb et Éléonore monteront la même monture. Nous voilà parti pour une promenade de 3h. Notre jeune guide est très sympa, il nous montre et explique le paysage. Au retour au haras, je demande leurs ressenties aux filles : c’était super !!! Et Léontine nous avoue en riant ce que sa sœur lui avait confié avant la ballade.  » Si on ne peut pas faire la randonnée à cheval et qu’on doit la faire à pieds. Je dirais tout le long à papa/maman que j’ai mal aux jambes !!! » Ça nous a fait sourire !!!

Nous sommes reconduit à l’hôtel par la propriétaire du haras et à 100 m de l’hôtel nous reconnaissons les 2 silhouettes qui marche dans la même direction que nous. Et oui cest bien Yannick et Lou (des Loupastya). Ils sont au même hôtel et sont arrivés dans l’après-midi. Ils rentrent de 4 jours en 4×4 dans le sud lipez et le salar. Ils nous confirment que les routes ne sont pas conseillées à faire en camping-car. Les filles sont ravies de retrouver les copains. Nous passerons la soirée dans Icidor. En leur disant bonsoir, Seb constate que notre roue arrière droite (oui la même que la dernière fois) est de nouveau bien dégonflée. Le lendemain matin pendant que tous les enfants font école, Seb remplacera la roue pour l’amener à une gomeria. Heureusement Mario accompagnera Seb avec sa voiture. Le problème est sur la jante et la réparation faite à Santa Cruz ne serait pas suffisante. Seb ira faire résouder la jante puis la regonfler avant de la remettre. Un très grand merci à Mario pour sa disponibilité. Durant tous ses allers retours nous passerons toute la journée avec les Loupastya jusqu’à qu’ils partent reprendre le car pour Sucre. Leur mécano a reçu leur pièce et ils pourront récupérer leur camping-car. Demain se sera notre tour de reprendre la route pour l’Argentine.


4 réflexions sur “De Sucré au salé

  1. Waouhhhh !!!…. quel magnifique spectacle le Salar. Mymy tu es devenue une experte en photographie 👏🏻👏🏻👏🏻 J’espère qu’Icidor va arrêter de se faire remarquer ! Bonne continuation, on suit toujours vos aventures avec passion. Gros bisous de nous 4 à vous 4 😘

    J'aime

  2. Waouhhh!!!… quel magnifique spectacle ! Mymy tu es devenue une experte en photographie, bravo !
    J’espère qu’isidor va arrêter de se faire remarquer…!! Bonne continuation en Argentine, loin des flammes de l’Amazonie…Gros bisous de nous 4 à vous 4.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s