Sur la ruta 40

Au départ de Salta, après avoir fait le plein du frigo, 2 routes s’ouvrent à nous pour descendre jusqu’à Cafayate. Les 2 routes sont conseillées par le Lonely. Nous optons pour la valles Calchaquies pittoresque et en partie non-asphaltée. C’est la ruta 33 puis la ruta 40. Le début de la route est très bonne, nous choisissons de continuer sur celle-ci jusqu’à Cachi. Nous bivouaquons avant d’arriver dans cette ville. Le terrain est plat du coup nous faisons une partie de Molky. Après être mené 23 à 0, avec Éléonore nous remportons la partie après moults rebondissements. La nuit sera calme et au reveil nous apercevons des guanacos. Nous lèverons le camp vers les 10h45, au programme Cachi puis Seclentas et enfin Molinos pour dormir. Enfin ça c’est ce qui était prévu !! Arrivé à Cachi, la ville est mignonne mais le marché artisanal inexistant, dommage. Les filles se ruent sur les jeux et du coup nous récupérons un peu de wifi. Nous avons un message de Claire avec en photo Gauthier assis à l’arrière de son camion avec sa suspension arrière dans les mains. Ils sont au bord de la piste depuis hier soir. Nous avions hésité hier à tourner  et prendre cette piste mais nous avions préféré aller jusqu’à Cachi. Nous leur envoyons vite un message pour connaitre leur situation. Gauthier nous répond qu’il est à Seclentas et qu’il attend que le mécano ouvre mais il lui a été conseillé de se rendre à Cachi. Malheureusement il n’a pas beaucoup de succès en stop. Claire quand à elle est restée au camion avec Hooli.  La décision est vite prise nous allons à Seclentas apporter notre aide à Gauthier. Il a y seulement 30 km mais c’est de la piste, donc c’est plus d’une heure plus tard que nous arrivons.  Le mécano (qui devait être entrain de faire la sieste) ne peut rien faire. Il conseille d’aller à Cachi chez un certain Dino Moya qui pourra refaire les U qui ont cassé, mais il n’ouvre pas avant 16h/17h.  C’est reparti direction Cachi. Le fameux Dino Moya peut refaire les 2 U pour 20h, ouf. Du coup nous redescendons sur la place pour occuper les filles et acheter des tortillas (merci Gauthier). La décision est prise, nous ne reprendrons pas la route ce soir. Nous aurons une très grande pensée pour Claire, surtout qu’elle ne sait pas du tout où en est son cher et tendre. Comme disent les filles, heureusement elle est avec Hooli. Après le repas nous allons récupérer les U qui sont prêts et allons nous coucher. Rendez-vous avec Gauthier après le petit-déjeuner.

Vendredi 30 août. Ah les nuits en ville, ça ne m’avait pas manquer. Tout le monde est prêt, en route pour retrouver Claire et réparer le camion. Seb décide de reprendre la route asphaltée, il y a un peu plus de km mais ça sera plus rapide. Vers les 10h30 nous apercevons le camion, nous klaxonnons et nous sommes accueilli par les aboiements d’Hooli et le large sourire de Claire. Nous lui racontons rapidement la journée d’hier et les garçons se mettent rapidement au travail. Une fois tout remis en place, nous décidons de prendre notre dernier déjeuner ensemble avant de se séparer. Et oui, ils doivent retourner à Salta pour remplacer l’amortisseur et mettre des U d’origine. Nous nous garons 2 km plus loin et mangeons copieusement en terminant par un bon gâteau à la noix de coco. (Claire a eu le temps de cuisiner). Les aurevoirs sont chaleureux, nous espérons vraiment les revoir car ce sont de très belles personnes. Au moment de retourner sur la route, Icidor patine et s’emsable. Heureusement que nous partions les premiers. Du coup, on sort les pelles, on met des pierres, on sort les cales, enfin on s’active !!! Après 2 grosses tentatives, Claire et moi nous poussons devant pendant que Gauthier tire à l’arrière avec une sangle, bravo, Icidor est sur la route. Les filles sont restées super calme et sage comme à chaque fois dans les situations un peu difficiles. Un très grand merci à Gauthier et Claire. Nous sommes quitte !!!

Les paysages tout au long de la piste sont magnifiques. Nous nous arrêtons pour dormir à Molinos autour de la place. Les filles jouent mais pour nous malheureusement pas de wifi. Nous reprendrons la ruta 40 jusqu’à l’entrée de San Carlos où nous bivouaquons juste avant le retour sur de la route asphaltée. L’endroit est calme, il y a de l’eau à disposition mais malheureusement beaucoup de detritus. Le lendemain, durant l’école Seb s’occupera de nettoyer Icidor. Après tous ces km de pistes il en avait bien besoin. Il se fera un petit stock de bois pour les futurs barbecues. Nous reprendrons la route direction Cafayate mais après seulement quelques km, à San Carlos nous apercevons un camping-car français garé sur la place. Allez on s’arrête pour les saluer. C’est une famille de 4 comme nous. Les filles vont vite jouer avec Lou 10 ans et Zoé 7 ans, pendant que nous faisons la connaissance de Cecile et Adrien. Le temps passe nous mangerons sur place et le rendez-vous est pris pour qu’on se retrouve au camping à Cafayate ce soir. J’espérais pouvoir faire une lavanderia en ville mais nous sommes dimanche. (Parfois on oublie les jours de la semaine). Nous ferons tourner notre machine à laver au camping. Nous sommes rejoint par la famille Picaflor (nom de leur camping-car) et nous partagerons un bon repas. Les enfants dans Icidor et nous dehors.

Lundi 2 septembre, c’est la rentrée scolaire en France mais pour les filles cela fait déjà 1 mois qu’elles ont commencé l’école. Et oui nous ne faisons qu’ 1h à 1h30 par jour. Les filles ont bien pensé à leur école et ont envoyé des petits messages via WhatsApp aux copains copines. Malheureusement, la connexion du camping n’est pas top et nous devrons attendre pour pouvoir envoyer les 2 vidéos pour les camarades de classes. (Petit rappel : les filles font des petites vidéos des différents lieux que nous visitons et qu’elles ont présenté sous forme d’exposé à leurs camarades). Quand on est 2 familles, on prend plus le temps. Du coup, en route pour Cafayate visiter une Bodega et faire une dégustation. A Cafayate se trouve l’un des meilleurs vignobles de d’Argentine. Notamment un Torrontès.  La visite est sympa et pendant que les adultes font la dégustation (non pas moi !!!), les filles s’amusent avec un chaton et un âne. Puis nous allons faire quelques courses pour une belle parilla. Nous trouvons facilement le supermarché mais pour la viande et les légumes il faudra attendre que le marché ouvre. Pourtant il est déjà presque 18h mais il n’ouvre qu’à 19h. En flânant dans les rues, un camion s’arrête à notre hauteur c’est Claire et Gauthier. La réparation a Salta a été rapide. Ils partent en éclaireur car nous allons tous bivouaquer près d’une cascade. Après l’achat de légumes et de viandes pour un bon barbecue, les 2 camping-car prennent la route pour la cascade. Seb s’arrête sur la piste car il aperçoit le camion de Gauthier garé. Celui-ci nous informe que la route de la cascade est fermée par la police, du coup il a trouvé cet endroit et avait commencé à préparer le feu. Il a vite été rejoint par un certain Antonio qui lui dit qu’il est interdit de rester là et qu’il faut mieux aller chez lui. Les 3 garçons partent discuter avec lui et après quelques échanges, ils apprennent qu’il désire qu’on le paye pour allez chez lui. La décision est vite prise nous rebroussons chemin, tout le monde est d’accord on ne cède pas aux chantages !!! Nous nous dirigeons vers le camping municipal qui se trouve en face de celui où nous avions dormi. Pourquoi ne pas y retourner ? Ce matin un bus rempli de lycéens a débarqué et la nuit ne sera pas calme !!! Au camping municipal impossible de trouver l’entrée. Heureusement une femme téléphone pour connaitre les modalités d’accès et nous lui demandons qu’elle stipule que nous sommes 3 camping-cars, pas de soucis nous la suivons et accédons par l’arrière au camping. Les 3 garçons refont le feu pendant que nous préparons les accompagnements et les filles jouent. La soirée sera très agréable et comme le dira si bien Éléonore : on se couche et on est déjà demain !!!

Mardi 3 septembre,  le réveil est tardif. Avec la famille Picaflor nous  avons le même rituel, après un bon petit-déjeuner, il est l’heure de l’école. Du coup quand les filles sortent tout le monde a plus ou moins terminer. Hooli est ravi de rejouer avec les enfants même si elle n’a pas tout compris quand les filles lui on enterré  sa balle et lui on demandé de la chercher ! Nous initions au Molky nos nouveaux compagnons de route. Et vers les 13h, une personne de la municipalité arrive. Nous nous posions la question depuis ce matin sur le fonctionnement du camping car il y a bien de l’eau aux robinets extérieure mais les sanitaires sont fermés. En faite nous apprenons que le camping est fermé et que nous n’avions pas le droit d’y entrer. Nous expliquons la situation et l’agent nous demande juste de ne pas rester une nuit supplémentaire. C’était pas prévu donc pas de soucis !!! Nous repartageons le repas de midi et nous disons aurevoirs à Claire et Gauthier. Nous inversons nos journée d’hier, ils se rendent à la bodega et pour notre part nous allons remonter la ruta 68 et découvrir la Quebrada de Cafayate. Nous remonterons sur une cinquantaine de km pour découvrir dès demain les différents formes calcaires qui composent la Quebrada. Le repas du soir se fera dans Picaflor et en dégustant de bonnes crêpes salées et sucrées.

Mercredi 4 septembre, nous allons redescendre tranquillement jusqu’à Cafayate en nous arrêtant pour découvrir : la gorge du diable, l’amphithéâtre (où nous mangerons de bon tortillas jamon y queso), les 3 croix (où nous avons pris un peu de hauteur), le crapaud, le moine (pas très évident à reconnaître). Avant de voir les 3 dernières formations nous faisons une petite randonnée dans la Yesera pour allez admirer des montagnes striées multicolore. Zoé et Éléonore, qui partagent la même passion pour la marche, sont nommées guides pour nous mener vers ces belles montagnes.  L’obélisque, les fenêtres et les châteaux terminent cette belle route. Nous ne regrettons pas ce petit retour en arrière. Et où allons nous dormir cette fois à Cafeyate. Nous optons pour le 3ème points ioverlander, à côté d’une chèvrerie. Nous sommes juste à côté de grandes dunes de sable et les filles se font un plaisir à descendre grâce aux pelles de Lou et Zoé pendant que les mamans préparent le repas que nous prendrons dans Icidor. Mais l’heure du coucher est plus que raisonnable.

Jeudi 5 septembre, notre fameuse roue fait encore des siennes. Cette fois, la décision est prise il faut changer la jante. Nous disons aurevoir au Picaflor car nous ne traînons pas pour aller dans un garage avant la fermeture de l’après-midi. Le mécano ne peut rien pour nous et nous dit d’aller a Salta. Ah NON on ne remonte pas ! Ça attendra Mendoza et en attendant il nous conseille d’aller à la gomeria pour une CAMARA. Camara quesaco ?? C’est une chambre à aire !!! Nous récupérons un peu de wifi sur la place et nous nous diriger vers les ruines de Quilmes. Dans un message, Claire nous confirme que c’est à faire et que c’est très ludique pour les filles et elle nous donne le point ioverlander où ils ont dormi. Le spot est parfait, à quelques km de l’entrée des ruines. Du coup nous regardons un épisode de « C’est pas sorcier  » sur les incas pour que tout le monde comprennent la visite de demain. Nous ne resterons pas seuls très longtemps, le camping-car des Picaflor s’arrête à côté de nous. Ils ont aussi suivi les conseils de Claire et Gauthier. Nous ne pensions pas nous revoir si vite. Les filles sont ravis et les parents aussi !! Du coup, petite flambée et partage d’une belle planche d’apéro préparé avec soin par Cecile puis tous au dodo.

Aujourd’hui c’est visite des ruines de Quilmes. Nous embarquons toutes les filles dans notre camping-car. Pour la première partie de la visite nous visitons le musée qui retrace la civilisation inca. Celle-ci a débutée vers le XIII ème siècle jusqu’à presque 1600, date de l’invasion des conquistadors espagnols. Nous y apprenons la culture incas, leurs coutumes, mode de vie, hiérarchie… puis nous allons explorer les ruines avec nos 2 guides ( Zoé et Éléonore) qui nous mènent jusqu’à la tour de guet. D’en haut nous voyons mieux l’étendue des ruines. Nous retournerons à notre bivouac pour une soirée apéro dînatoire et gâteau au yaourt sublimé par du dulche de leche ou du bon o bon.

Samedi 7 septembre, nos chemins se séparent avec la sympathique famille Picaflor. Nous devons faire quelques courses à Santa Maria puis nous voulons nous rapprocher d’autres ruines. Ils ont d’autres projets mais nous nous retrouvons en chemin …

Dimanche 8 septembre, après une séance d’école difficile pour l’une de mes élèves nous prenons la route pour Belen où nous récupérons du wifi pour checker nos mails et différents messages. Puis direction les ruines de Shincal. Nous débutons aussi par un petit musée puis visitons les ruines avec une guide. Je suis contente car je saisie de mieux en mieux les explications même si de temps en temps Seb les complètes. Depuis le début de l’aventure, il a plus de facilité de compréhension que moi. Nous sommes aussi content car Léontine capte aussi quelques mots et phrases malgré le débit important et l’accent argentin. Nous aurons fait 2 sites incas maintenant en route pour les thermes de Fiambala.


5 réflexions sur “Sur la ruta 40

  1. Mais que d’aventures !! A mon avis Claire et Gauthier ne sont pas loin 😂. C’est cool en tout cas. Les deux camarades de route (Gauthier/Claire et Picafor) ont l’air super ! A mon avis Eléonore n’est pas contente (sur la dernière photo) d’avoir quitter son binôme de marche ! Bonne continuation en espérant que cette roue soit vite réparée. Bisous à vous 4.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s