Sur les routes d’Amérique Centrale

Mercredi 24 novembre 21, notre première nuit au Panama dans Icidor s’est très bien passé. Aujourd’hui, nous allons voir passer les bateaux via les écluses de Miraflores sur le canal du Panama. Mais avant un petit arrêt sur la route pour remplir la bouteille de gaz d’Argentine, c’est une première pour nous, on a une facture ! Sur le parking, on appelle tonton Stef pour son anniversaire. Puis nous allons débuter la visite, la construction du canal a débuté en 1881 par la France mais n’est achevé qu’en 1914 par les États-Unis.  Malheureusement, en cette période de covid nous n’avons plus accès au musée, seulement aux belvédères. Nous pouvons observer 3 sortes de bateaux passer : un Ro/Ro (même bateau qui transporte Icidor), un porte-conteneurs et un bateau de croisière. C’est impressionnant à voir. Nous apprenons que le canal est ouvert tous les jours, que les bateaux venant du Pacifique passe le canal le matin et ceux de l’atlantique l’après midi. Les tarifs des péages sont en fonction du poids. Le plus élevé a coûté plus d’un million de dollars, c’était un porte-conteneurs français et le plus faible n’a coûté que 0.36 dollars. C’était un homme de 75kg qui a traversé le canal à la nage. Après cette visite très instructive, nous allons nous garer sur la péninsule d’Amador avec la vue sur Panama City. Les filles sont contentes car elles peuvent faite de la trottinette pour aller jusqu’au parc de jeux.

Jeudi 25 novembre, nous allons à El Valle, une ville qui se trouve dans le cratère d’un volcan. Nous pensions nous garer vers les pompiers mais il n’y a pas de place pour notre gabarit. Puisque nous voulons aller voir les papillons, pourquoi ne pas demander si nous pouvons nous garer sur leur parking. Malheureusement, c’est un refus et puis il commence à pleuvoir donc le temps n’est pas propice pour observer les papillons. Nous allons donc en centre ville et optons pour le parking de l’église qui est grand et plat. Je vais quand même demander l’autorisation, la jeune dame préfère demander à une tierce personne. Sa réponse est négative, mince on est bien là. Je lui demande si le parking est privé, elle me dit non. Ah, un petit espoir pour nous, elle me stipule qu’une messe à lieu tous les jours à 17h. OK donc après la messe c’est possible ? Elle ne répond pas et me dit de nous garer vers la Police. Bon j’aurais essayé, je l’a remercie quand même et je retourne vers Icidor déçue. Avec Seb, on prend le temps de regarder un peu mieux le plan de la ville et avant de redémarrer un homme de la paroisse arrive et nous dit qu’il n’y a aucun problème pour rester. Il nous fait simplement garer sur une autre place. Génial, nous sommes vraiment bien situé dans la ville, nous pourrons tout faire à pieds. Nous allons au marché artisanal où les filles scrutent les bracelets, elles ont décidé d’en avoir un par pays visité. Elles choisissent donc leur 3 ème bracelet (le Pérou ça compte pas, on l’avait déjà visité !).

Vendredi 26 novembre, après l’école et puisqu’il y a un peu de soleil, on part voir les papillons. Nous sommes immergés dans une petite serre où nous pouvons observer plusieurs espèces. Ils ne sont pas facile à photographier mais nous pouvons voir le Morpho azul, le papillon chouette… Certains se posent sur Léontine. Puis nous avons une explication sur le cycle de la vie des papillons. (On a bien pensé à tonton Christian) et nous regardons une courte vidéo en français sur les différents camouflage des papillons. Retour à Icidor à pieds pour déjeuner. Comme souvent l’après-midi, il pleut et après renseignements, les sentiers proposés aux alentours sont très boueux donc on s’occupe dans Icidor. En fin de journée, nous allons faire un tour de la ville. Nous irons acheter des hamburgers et hot-dog pour le dîner.

Samedi 27 novembre, nous roulons 130 km jusqu’au Parc Sarigua qui se trouve dans la région la plus aride du Panama. A l’entrée du parc nous demandons l’autorisation pour y dormir et visiter demain quand il fera moins chaud. Le bénévole présent nous montre un lieu où stationner pour la nuit et nous demande juste une petite participation. Nous profitons d’être seul pour récupérer quelques affaires dans le double plancher et ça permettra de tout ranger correctement. Je pensais avoir ranger mes lunettes de secours, mes lentilles et du nécessaire de toilettes dans une caisse mais rien. Je regarde de nouveau dans les valises, puis dans le camping-car en général mais nous sommes toujours bredouille. Ce n’est pas si grand pourtant ! Seb émet l’hypothèse d’avoir oublié la pochette qui contenait le tout lors du contrôle anti-drogue. Soudain, en fin d’après-midi, j’ai une illumination et je me souviens ne pas avoir vider l’intérieur de notre machine à laver. J’y retrouve tout ce qui nous manquait. Nous nous couchons avec une température très élevée.

Dimanche 28 novembre, aujourd’hui c’est l’indépendance du Panama et surtout le bicentenaire. Nous visitons le parc en arpentant les sentiers. La terre est très rouge et nous pouvons observer la vue depuis un mirador. La chaleur se fait bien ressentir pourtant il n’est pas tard. Un bénévole nous montre quelques vestiges trouvé sur le site et les filles découvrent  amusées le sapin de Noël, enfin plutôt un arbre mort avec des guirlandes cactus. Nous prenons la route et nous allons à la playa Venao. Il y a beaucoup de monde mais d’ici ce soir nous serons seuls. Nous allons nous rafraîchir dans le Pacifique! Les vagues sont grandes et il y a des surfeurs.

Lundi 29 novembre, nous étions bien seul sur le parking mais non loin d’un hôtel où la musique a duré jusqu’au petit matin. Les filles, elles n’ont rien entendu et je suis toujours admirative de Seb qui a la capacité de se rendormir en quelques secondes. Nous allons nous rafraîchir de nouveau dès le matin puis y retournons en milieu d’après-midi. Seb accompagne les filles une après l’autre, je ne suis pas fan des grosses vagues. Je préfère les châteaux de sable ! Nous prenons la douche en deux partie, on se rince à la douche extérieure de la plage puis on file dans Icidor pour se mousser et se rincer. A tour de rôle et juste avant une belle averse.  La nuit s’annonce plus calme.

Mardi 30 novembre, nous partons de la plage après l’école et allons à Santiago. Depuis 2 jours, notre ventilateur dans l’habitacle ne fonctionne plus, ce qui signifie aussi plus d’air conditionné ! Notre premier arrêt est très rapide car l’atelier nous paraît un peu vétuste, nous lui préférons un autre garage. Le chef nous dit de revenir à l’ouverture demain matin à 8h, pas de problème nous allons dormir dans une grande station service qui se trouve à 2km d’ici. La station service propose un service de lavenderia à un prix minime : lavage et séchage pour 1,5 $. Nous profitons du Wi-Fi et mangeons au frais au restaurant de la station.

Mercredi 1er décembre, déjà le dernier mois de l’année. Nous sommes bien loin de tous les préparatifs de Noël. Les décorations ont bien débuté dans les villes et c’est même rigolo de voir qu’elles sont identiques à chez nous ( des cerfs, des bonhomme de neige, le père Noël en habits bien chaud….) malgré le climat tropical. Nous avons quand même fait une sorte de calendrier de l’avent. Tous les soirs, jusqu’au 24 nous piocherons un bon à tour de rôle. Ce matin, tout le monde a été bien réactif et nous sommes au garage à 7h45. Nous passons les premiers, mais sur le point mécanique, tout est fonctionnel et nous sommes diriger vers un autre atelier qui s’occupe des problèmes électroniques et c’est celui où nous nous étions arrêté hier. Nous attendons 11h que le responsable arrive et en très peu de temps démonte le ventilateur et le rend fonctionnel. Nous lui montrons le ventilateur de notre clim cellule qui ne fonctionne pas mais il n’a pas de solution pour celui-ci, dommage on aura tenté même s’il y avait très peu de chance pour qu’il soit réparable ici. Ce soir ce sera une nouvelle fois une nuit dans une station service.

Jeudi 2 décembre, nous arrivons à Boquete et après un petit tour de la place centrale nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas nous garer autour. Nous allons donc sur le parking du gymnase qui est un tout petit peu excentré et retournons au centre-ville à pied pensant y trouver l’office de tourisme mais celle-ci est situé complètement à l’entrée de la ville, nous n’avons pas fait attention mais nous sommes passés devant. On reprend Icidor pour récupérer quelques renseignements sur les différents sentiers à faire. Enfin, on espérait car il n’y a qu’une grande carte de la ville mais elle n’est pas très claire. Retour au point de départ pour la nuit.

Vendredi 3 décembre, nous nous levons tôt pour faire le sentier pipeline avant que la chaleur soit trop présente. Il se trouve sur une propriété privé, c’est un aller-retour et nous conduit à une cascade. La sentier est agréable et ombragé. La cascade finale est très décevante mais nous observons un arbre millénaire très impressionnant. Malheureusement, s’il y a des animaux nous ne les avons pas vu. Nous irons faire quelques courses avant de retourner nous garer au gymnase.

Samedi 4 décembre, une nouvelle promenade de programmée aujourd’hui. Le sentier des 3 cascades. Il y a un peu plus de dénivelé mais surtout il y a de la boue. Les cascades sont très grandes mais la 3 ème est impossible pour nous, il faut littéralement escalader pour y accéder. Nous avons beaucoup aimé. L’après-midi nous allons flâner au festival de la fleurs dans le centre ville et faisons un tour au marché artisanal. Celui-ci n’est pas vraiment local car les vendeurs essayent de nous vendre des peluches lama, des écharpes en laine d’alpagua … Non, il n’y a pas de Lama au Panama !! Éléonore le fait même comprendre à une vendeuse. Nous retrouvons notre place devant le gymnase mais il y a plus de monde. Pour cette dernière soirée au Panama se sera crêpes party.


Une réflexion sur “Sur les routes d’Amérique Centrale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s