Bolivie nous voilà…

Samedi 20 juillet

7h30 le réveil sonne et pourtant j’ai l’impression de m’être endormi depuis peu… Vamos, aujourd’hui on va en Bolivie et puisqu’on est samedi il vaut mieux ne pas tarder. Nous arrivons au poste de frontière pour réaliser notre sortie du Brésil. Ca ne prendra que quelques minutes malgré la queue importante. Seb se dirige dans le bureau pour réaliser la sortie d’Icidor, il revient très peu de temps après car la personne habilitée à le faire ne commence son poste qu’à 13h30 !!! Super il n’est que 9h30, il fait déjà une chaleur de fou et nous sommes obligés de rester sur le bord de la route. Et oui nous avons réalisé notre sortie du Brésil donc interdiction de retourner à Corumba. Du coup,on fait l’école, les filles font des dessins, on fait des jeux enfin on prépare à manger et à 13h15 Seb repart tenter sa chance. Nous déplaçons Icidor et en moins de 5 minutes c’est réglé. Maintenant, nous commençons la Bolivie et nous dirigeons à l’immigration pour nos tampons, nous n’obtiendrons qu’une entrée de 30 jours. Il faudra se rendre dans un bureau de l’immigration au cours de notre séjour bolivien pour le faire prolonger. Nous continuons les formalités administratives pour Icidor. En Bolivie, il faut leur fournir les photocopies donc direction un DAB pour avoir des bolivianos et réaliser les photocopies. En Bolivie comme en Argentine, ils ne comprennent pas que nous n’ayons qu’un seul nom de famille. Au début, la responsable administrative met le second prénom de Seb en nom ?! La police bolivienne a pour réputation d’être assez  » tatillonne  » donc nous voulons des papiers nickels et comme aucun des documents administratifs de Seb ne porte se second nom, l’agent consent à ne rien mettre. Ah, cette fois c’est bon nous allons enfin pouvoir nous diriger vers notre premier bivouac bolivien. Après seulement une dizaine de km, contrôle de police. Le policier est sur le côté dernière une table et une personne assise sur une chaise tire une corde pour arrêter les voitures. Le policier nous fait signe de nous garer sur le bas-côté. Nous attendons 1 minute puis Seb descend pour savoir quels documents il veut voir. Le policier nous stipule qu’il nous faut en plus des papiers d’Icidor, une autorisation de circulation. Et bien entendu, il ne peut pas nous la donner, il faut retourner en ville dans un commissariat. Demi tour, va t’on y arriver ?!?! Pourquoi la personne qui nous a délivré les papiers d’Icidor ne nous en a pas parlé, ça nous aurait évité une perte de temps. Ce document est vite récupéré, il y est stipulé dessus le trajet que nous allons faire en Bolivie. Celui-ci n’est pas gratuit. Retour à notre contrôle de police, il ne se lève toujours pas. Seb lui montre les documents et après un beau tampon dessus, le policier commence à nous demander nos autres papiers et il se lève. Ah va t il fouiller tout le camping-car, demander à voir les triangles, la pharmacie ou autres choses… Je préviens les filles pour qu’elles soient sages. J’ouvre ma porte, le salut et je dis aux filles de dire « Holà » en souriant. Au vu de nos deux (magnifiques) blondinettes, le policier sourit et nous souhaite un bon voyage en famille. Allez, cette fois on traine pas, nous ne voulons pas rouler de nuit et pour arriver jusqu’à Agua-Caliente il y a quelques km.

Agua-Caliente, comme sont nom l’indique, est une petite ville où coule une rivière chaude (39°). Nous arrivons à notre bivouac juste à la tombée de la nuit. Tout le monde est bien fatigué de cette journée, nous mangeons et hop au lit derrière les moustiquaires.

Dimanche 21 juillet.

Il est à peine 7h et Seb se lève déjà suivi de Léontine. Une bonne heure s’écoule et avec Éléonore nous emergeons. Mais où sont passés Seb et Léontine ?? Nous sortons du camping-car et les entendons qui se baignent dans la rivière. Après un petit-déjeuner, tous le monde à l’eau. La baignade est très agréable.

Nous reprenons notre route direction Chochis pour visiter le sanctuaire. Nous nous arrêtons en route pour une petite promenade à la découverte d’une cascade.

Le sanctuaire est surplombé par un imposant rocher rouge du Cerro de Chochis. Il a été érigé en souvenir des victimes d’une inondation il y a 40 ans. De magnifiques sculptures sur bois ornent notamment la porte du sanctuaire. Nous dormirons dans le sanctuaire et le lendemain allons à San Jose de chiquitos.

Nous nous arrêtons dans un hôtel (qui accueil les camping-cars) tenu par des français. Au programme, piscine, douche pour shampooing, publication des 2 articles du blog et nous profitons de leur restaurant pour goûter au spécialité bolivienne (enfin pour nous les adultes). Les filles prendront hamburgers frites et en dessert une crêpe au dulche de leche. Pour Seb ça sera un pique a la macho à base de viande, saucisse, œufs durs, poivrons, oignons et pomme de terre le tout nappé d’une sauce. Pour ma part, une sorte d’escalope milanaise (en plus relevée), œuf au plat, tomate,oignons, poivrons et frites. Le tout arrosé d’un bon jus de goyaves.

Mardi 23 juillet nous allons visiter la grande place de San Jose de Chiquitos puis prenons la direction de Santa Cruz après quelques courses.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s