De la capitale au désert avec la tête dans les étoiles.

Jeudi 16 janvier 2020, la nuit dans Icidor a été très bonne et l’heure du lever est un peu tardif. Nous déjeunons et nous apercevons que le camion de Claire et Gauthier n’est plus là. Pas de message, ni de petit mot. Le camion n’est plus là mais eux oui !! Après leur avoir un peu raconter l’île de Pâques et pendant que les filles profitent du square, je retourne ranger les valises. Le voyage en backpack, c’est pas fait pour nous, vive nos petits placards individuels. Nous nous rendons via le métro au centre de Santiago. Nous achetons la carte de métro avec 4 trajets. Nous allons voir la plaza del arma puis visitons le musée de l’histoire nationale. En sortant nous sommes attendu par Claire et Gauthier, nous recherchons un petit restaurant sympa en terrasse qui puisse convenir à tout le monde. Nous commandons un plat unique pour Léontine et Éléonore puis une bonne salade au poulet pour nous. Nous serons obligé de partager notre salade avec les filles car pour une fois le plat qu’elles ont choisi n’est pas très copieux. On gagne pas à tout les coups. Puis nous nous rendons tous les 4 au Cerro Santa Lucia. C’est un très beau parc paysager aménagé sur une colline rocailleuse qui permet de voir Santiago de plus haut. La chaleur est bien présente, nous nous achetons de rafraîchissants granités. Orange pour Éléonore et moi, fraise pour Seb et Léontine. Nous terminons cette journée au mercado central pour faire le plein de bons fruits et légumes. Le retour à Icidor en métro est un peu plus compliqué car c’est l’heure de pointe et il y a beaucoup de monde. De plus nous devons recharger notre carte de métro car puisque c’est l’heure de pointe le prix est plus élevé. L’augmentation du prix du métro est l’une des raisons des nombreuses manifestations qui ont lieu au Chili. Nous retrouvons Claire et Gauthier et faisons une partie de Molky. Les 3 filles contre les garçons ( Éléonore préfère jouer au square), malgré tous nos efforts nous perdons les 3 parties.

Vendredi 17 janvier 2020, aujourd’hui nous reprenons l’école et oui cette fois les vacances sont terminées. Au programme, écriture du carnet de voyage. Nous ne l’avions pas amené en vacances. Nous faisons un résumé de ces 5 jours. Éléonore est toujours très précise dans ses descriptions et des fois j’ai du mal à suivre. Léontine prend son temps et ne veut mettre que l’essentiel, nous collons les tickets d’entrée du parc. Pendant ce temps, une fillette fait des allers-retours devant Icidor, puis sa maman vient nous saluer. Oui, c’est une famille de voyageur mais cette fois ils sont canadiens, enfin français installés au Canada depuis 11ans. Les filles font vite connaissance avec Héloïse 11 ans et Zélie 7 ans. Ils sont sur les routes depuis 5 mois et ils ont debuté leur voyage depuis la Colombie. Super on se fera une séance itinéraire pour partager nos expériences respectives. Cette après-midi, nous allons visiter le musée de la science, nous nous y rendons en métro.Nous avions déjà fait celui de Paris, il y a 3 ans et nous avions adoré. Petit arrêt pour acheter de bons empanadas car nous avons en tout 1h00 de trajet pour nous y rendre. Lorsque nous arrivons au musée, il y a besoin de recadrer un peu les filles car c’est tellement tentant de courir de partout. On fait point par point pour ne rien rater. Il y a plusieurs ateliers : l’air, l’électricité, l’eau, la terre… Puisque nous sommes au Chili, nous nous attardons sur les volcans, les séismes et les tsunamis. Puis il y a l’explication sur le fonctionnement d’une montgolfière, ça on connait ! Puis nous assistons à une expérience sur l’électricité statique et sa conduction. Les filles font des énormes bulles de savons et avec Léontine nous testons le lit des fakirs. Il y a aussi une balance pour se peser. Nous connaissons maintenant le poids que nous avons perdu avec Seb depuis le début du voyage. Et oui, le faite de bouger tous les jours et de manger plus sainement ça nous a permis de perdre quelques kilos superflus. Nous changeons de bâtiment et nous partons à la découverte de l’espace. Nous resterons jusqu’à la fermeture du musée et retournons en métro auprès d’Icidor. La journée se terminera très tard en compagnie de la famille « Une touche manouche  » et de Claire et Gauthier.

Samedi 18 janvier, le programme de la journée est vite choisi. Il nous faut aller recharger notre bouteille de gaz et faire quelques courses. Mais avant c’est l’heure de l’école. Je me demande si c’est le fait qu’il y a des copines qui les attendent pour jouer ou juste une envie de travailler vite et bien ? Car elles ont été très productive et studieuse pendant leur séance d’école. Claire voyant les filles s’amuser, me propose de les garder pendant nos courses. Les filles sont bien entendues ravies. Et il est vrai que nous irons plus vite sans elles. La recharge de gaz se trouve de l’autre coté de Santiago et ferme à 13h le samedi donc nous ne traînons pas. Première étape : le gaz réalisée très rapidement, maintenant il faut se rendre dans un supermarché. Nos 2 premières tentatives aux alentours du magasin de recharge de gaz ne sont pas fructueuses, les 2 supermarchés sont fermés et l’un d’entre eux a été brûlé. Nous nous rendons compte à ce moment là, de l’ampleur des manifestations qui ont eux lieu les mois précédents. Nous changeons de quartier et trouvons un supermarché ouvert avec parking surveillé. C’est partie pour un bon plein de courses puis retour auprès des filles. Nous prévenons Claire de l’avancé de nos courses et recevons une vidéo d’encouragement des filles. Nous croisons les doigts pour qu’il y est une place pour nous stationner. Parfait juste derrière le camion de Gauthier. Nous mangeons tous les 6, et les filles nous raconte tout se qu’elles ont fait le temps qu’on les ai abandonné. Après le départ des copines de la Touche manouche, elles ont joués à un super jeu et c’est Claire et Éléonore qui ont gagné. Dans l’après-midi nous sommes rejoint par la famille québécoise. Les cartes routières sont dépliées et Marion nous donne ses recommandations sur la Colombie, l’Équateur et le Pérou avec l’aide d’Héloïse pour les noms des villes. Avec Claire nous prenons des notes puis c’est à notre tour de partager nos itinéraires sur l’Argentine et le Chili. Nous partageons le repas du soir puis tout le monde au lit.

Dimanche 19 janvier 2020, après avoir souhaité bonne route à la Touche manouche, et à bientôt à Claire et Gauthier, peut-être nous nous retrouverons au Pérou, nous prenons la route pour Valparaiso. Nous nous dirigeons vers le camping Rancho Casanova qui nous a été conseillé par plusieurs familles de voyageurs. La ville de Valparaiso n’est pas très sûre pour les véhicules donc autant ne pas tenter le diable. La route du camping n’est vraiment pas simple à trouver car pour nous il est assez improbable de sortir de l’autoroute sur un petit chemin de terre. Nous nous installons et profitons de la machine à laver car le linge commençait à s’entasser. Nous faisons la connaissance de Christophe,un français installé au Chili depuis de nombreuses années et travaillant comme Uber. Il nous amènera jusqu’à Valparaiso demain en début d’après-midi.

Lundi 20 janvier 2020, pendant la séance d’école, Seb fera tourner une autre machine. Puis Christophe vient nous récupérer et nous conduit jusqu’à la place Sotomayor. Tous les jours à 15h30, Valp’Otour propose une visite guidée en français de la ville. La famille une Touche manouche nous rejoint pour cette visite. Notre guide, Juan, nous y apprend l’histoire de la ville et nous explique les multiples tags, graf et fresques qui font la renommée de la ville. Nous aurons droit à une dégustation de pisco (eau de vie) puis Juan terminera la visite par une explication sur la situation politique actuelle du Chili. Nous souhaitons de nouveau une belle route à nos copains québécois, cette fois c’est sûr nos chemins se séparent. Nous retrouvons notre chauffeur qui nous ramène au camping.

Mardi 21 janvier, avant de prendre la route nous nous fixons toujours un objectif et si possible nous choisissons notre lieu de bivouac. Pour cette journée, pas le choix nous ne ferons pas beaucoup de km car les prochains points sont très loin. Nous nous arrêtons donc à Zapallar pour manger. L’après-midi sera occupé par la finalisation de la vidéo sur l’île de Pâques pour l’école des filles. Le choix des photos est difficile car elles ne sont pas toujours d’accord mais nous les laissons débattre entre elles. Puis nous irons nous promener au bord de l’océan.

Mercredi 22 janvier, c’est une grosse journée de route qui nous attend pour nous rendre dans la vallée d’Elqui. Nous allons rouler plus de 300 km. Les filles termineront l’école en roulant car nous ne voulons pas partir trop tard. Ça sera mathématiques pour toutes les deux avec tables de multiplication pour Léontine et compléments à 10 pour Éléonore. Nous pensions nous arrêter sur la côte Pacifique mais il y a beaucoup trop de monde à notre goût. Nous préférons rouler encore un peu pour être au calme et un emplacement au bord du Rio Elqui est parfait. Tout le monde va se dégourdir les jambes et prendre l’air avant de manger. Puis les filles veulent regarder un dessin animés en utilisant leur bon de calendrier de l’Avent (on l’avait presque oublié celui-là ).

Jeudi 23 janvier, direction la ville de Vicuña, nous voulons allez observer les étoiles et ça tombe bien c’est la nouvelle lune en se moment et la météo est parfaite. Lors de notre rencontre avec la famille Impact à 5 fin août, ils nous avaient conseillé un lieu pour observer les étoiles mais la visite n’est qu’en espagnol. Claire (qui est souvent de bons conseils) nous donne un adresse à Vicuña en français. Je vais me renseigner pour les disponibilités, les tarifs etc… Le programme a l’air très sympa et quand je lui demande les tarifs pour les enfants, il me répond que les enfants ne sont pas acceptés enfin qu’à partir de 16 ans. La discussion coupe courte puis je pense à Claire et demande si les chiens sont acceptés et la réponse est oui s’ils sont calmes. J’aurais cette précision à transmettre à Claire mais attention faut qu’Hooli soit calme. J’envoie un message à Desde el Jardin conseillé par les Impact à 5 et le rendez-vous est fixé à 21h30 ce soir. Nous allons faire quelques courses au supermarché. Les filles font leur premier achat avec leur argent. (Léontine a trouvé un billet et Éléonore 2 pièces.) Elles décident de s’acheter quelques douceurs que pour elles. Dans le rayons, ce n’est pas simple de choisir, d’être d’accord mais surtout d’être dans le budget. Après une longue réflexion leur choix se porte sur un paquet de bonbons et un de gâteaux. Au moment de passer à la caisse, Léontine a très bien géré les pièces pour faire presque l’appoint. Éléonore est ravi car il reste encore des pièces. Nous nous installons sur la place de Vicuña où les filles font de la trotinette. Avant le repas, nous regardons deux épisodes de « C’est pas sorcier  » sur les étoiles et le système solaire. C’est super il parle du ciel vu depuis l’hémisphère sud. Ces documentaires permettent d’avoir une approche de ce que nous allons observer ce soir. A 21h nous nous rendons à Duaguitas qui se trouve à 7 km de Vicuña et nous attendons sur la place Sergio. Seb va garer Icidor dans une rue un peu plus loin car il y a une kermesse sur la place. Sergio nous amène dans son 4×4 jusqu’à sa maison. Nous sommes accueillis par Pati sa femme. La nuit est bien tombée, nous les suivons jusqu’à leur jardins où sont installés des coussins, des sièges et 2 télescopes. Pati nous confie une paire de jumelles, Éléonore prendra notre paire. Ils nous donnent des explications en parlant lentement et avec des mots simples ce que nous apprécions beaucoup. Grâce à son laser, Pati nous montre plusieurs constellations et Sergio règle son télescope pour plus de précision. Nous apercevons une lumière qui se déplace, non ce n’est pas un avion mais un satellite. Ils sont visibles jusqu’à 3 heures après le coucher du soleil et 2 heures avant le lever. Léontine constate que toutes les constellations que nos hôtes nous montrent sont à l’envers, et oui nous sommes dans l’hémisphère sud. Avant de rentrer dans la maison, nous apercevons une étoile filante grâce à Léontine. Pati et Sergio nous montrent un film sur notre système solaire et sur les autres. Éléonore se souvient bien, grâce au C’est pas sorcier, des différentes planètes et de leurs tailles. Au fur et à mesure que nous regardons le film, une délicieuse odeur de pain chaud nous enveloppe. Sergio et Pati nous servent une boisson chaude accompagnée de pain chaud et d’une délicieuse confiture de pêche, le tout fait maison. Nous parlons de notre aventure familiale puis remplissons leur livre d’or. Un petit tour dans leur jardin où les filles se voient offrir une fleur de coton et découvre son arbre. Sergio nous raccompagne à Icidor puis nous allons dormir à l’entrée de Vicuña, il est déjà 1h. Cette expérience fût apprécié de tous 4, j’avais peur de ne pas tout saisir mais ils ont su prendre le temps de nous expliquer et surtout de s’inquiéter que nous comprenions tous les 4.

Vendredi 24 janvier 2020, les filles ne se réveillent plus tôt que ce que je pensais. Nous faisons un bout d’école et terminons en roulant car les 3 jours à venir vont être consacré à rouler pour remonter jusqu’à San Pedro de Atacama. Nous allons visiter les petits village de Pisco d’Elqui puis de Horton et flanons dans leurs marchés artisanaux. Nous reprenons la route en sens envers, direction la côte. Nous pensions nous arrêter au bord de l’océan mais toujours pareil, trop de monde et puis les veilles de week-end, nous avons pris l’habitude de fuir les villes.

Samedi 25 janvier 2020, grosse journée de route, nous voulons nous arrêter pendant le temps de midi vers une station Copec qui est équipée d’une machine à laver et d’un sèche-linge en libre service. Nous y arrivons vers les 13h30, mais il n’y a qu’une seule machine de fonctionnelle et pas de sèche-linge. Dommage j’aurais bien lavé les draps. Nous mangeons des hot-dogs accompagné de frites et reprenons la route en espérant trouver un spot calme. Nous roulons encore 100 km et nous arrêtons au bord de l’océan vers une crique. Les filles vont se mouiller les pieds et un peu plus car la marée monte. Une dame chilienne va au devant des filles et leur montre une étoile de mer puis un sol del mar. Éléonore le prend dans sa main, ça chatouille puis nous le reposons sur son rocher. Nous on observons plusieurs ainsi qu’un crabe et des coquillages. Pendant que les filles continuent de jouer les pieds dans l’eau nous profitons de la vue et du calme.

Dimanche 26 janvier 2020, c’est la plus grosse journée de route qui nous attend. Nous avons au moins 400 km à faire. Et pas grand chose à voir sauf pour les passionnés de plages mais ce n’est pas notre cas. En cours de route, nous recevons des messages sur le groupe WhatsApp des familles que nous sommes susceptibles de rencontrés en route. Deux d’entre elles sont proches. Nous prenons rendez-vous avec les Cap à 4 pour se retrouver à San Pedro de Atacama le lendemain et avec les Luttins trotteurs nous pourrons nous croiser demain car ils descendent le Chili. La route n’est pas très intéressante, nous roulons sur l’autoroute. Nous nous arrêtons tout de même pour faire une photo devant la Mano de desierto. (sculpture de 11 m faite en béton armé). Puis nous continuons direction Antofagasta où nous avons trouvé un bivouac mais celui-ci ne nous convient pas. Nous continuons jusqu’au prochain mais idem. En regardant de plus près la carte, nous nous rendons compte que nous sommes seulement à une cinquantaine de kilomètres du bivouac prévu par les Lutins trotteurs et les Cap à 4. La décision est prise de les rejoindre. C’est quand même pas très sympa de notre part si nous ne faisons pas cet effort même si nous avons beaucoup roulé. J’envoie un message pour les prévenir mais celui-ci n’est pas reçu. Peut-être qu’il n’y a pas de réseau dans cette zone ? Arrivé au supposé lieu de bivouac,nous ne voyons personnes. Nous allons un peu plus loin car les deux familles sont en vehicule tout terrain. Apres 20 min de recherche, nous supposons qu’ils ont changé de lieux pour ce soir. On espère pouvoir croiser les Lutins demain.

Lundi 27 janvier 2020, après notre habituelle routine du matin, nous prenons la route direction San Pedro en scrutant sur la route le camion jaune des Lutins. Malheureusement, nos chemins ne se croiseront pas. Nous leur souhaitons bonne route via WhatsApp. Arrivés à San Pedro de Atacama avant midi nous allons à l’office de tourisme récupérer une carte avec toutes les visites à faire dans le désert d’Atacama. Je prends aussi en photo tous les tarifs d’entrée pour les différents sites. Ah, tout est payant et pas qu’un peu. Nous allons aussi nous renseigner sur les modalités pour une excursion en 4×4 dans le sud-lipez et le salar d’Uyuni. Cette excursion est prévue depuis longtemps car nous ne pouvons pas accéder au sud-lipez avec Icidor et nous voulons voir le salar mouillé. Après avoir récupéré toutes ces informations, il va falloir réfléchir à notre itinéraire mais en attendant nous allons à notre point rendez-vous pour revoir la famille Cap à 4. Nous nous étions rencontré au rassemblement des Fams juste avant notre départ. Sur le continent nous avions souvent quelques semaines de décalage. Nous allons tous sur le plateau de San Pedro pour bivouaquer. Les filles admirent la remorque qui se transforme en tente puis les enfants jouent au cerf-volant de Léontine. Puis la soirée, les enfants dans Icidor puis nous dans la remorque. Ça fait du bien d’être entre adultes.

Lundi 28 janvier 2020, après l’école nous redescendons en ville pour avoir 2 nouveaux devis pour le sud-lipez. La nuit a portée conseil, nous ferons le sud-lipez depuis San Pedro et à notre retour découvrirons que certains sites du désert d’Atacama. Nous choisissons la première agence qui nous avait fait le devis, car nous avons trouvé Gaby très sympathique et à l’écoute des filles puis elle nous propose de garer Icidor dans la cour du chef de l’agence. Comme nous lui faisons savoir c’est très important pour nous car savoir Icidor en sécurité pendant 4 jours nous rassure, c’est tout de même notre maison. Nous allons retirer suffisamment de pesos pour payer l’excursion et en faire changer en Bolivianos. Nous retournons dormir sur le plateau, préparer notre valise pour 4 jours et vite nous coucher car demain le départ est prévu à 6h30.


2 réflexions sur “De la capitale au désert avec la tête dans les étoiles.

  1. Bon et bien j’avais un peu de retard à lire tous les articles; donc j’en ai lu deux maintenant. Le dernier et l’avant dernier. C’est vrai que la vie de retraitée est très chargée… cet après midi peinture pour le théatre avec FIFI et tata Eliane, heureusement que nous sommes là… On les coucoune trop…. Bon bast ! Je reviens vers vous je constate que c’est encore un peu les vacances puisque plusieurs jours de 4X4 c’est ICIDOR qui doit être content d’avoir un peu de repos et de calme….. en tout cas toujours de très bons reportages merci mymy, de très belles photos et surtout les dernières très amusantes à garder…. Ici beau temps, Emma est venu coucher hier soir à la maison et Tonton Alex l’a récupérée en début d’après midi pour son cours de danse. BB Arthur va bien, il profite de son trotteur et maintenant il part à 4 pattes, pour jouer c’est plus pratique. ….. je vous fais ainsi que tonton Philippe de gros gros bisous…. et au prochain blog, on vous AIME…..KIT

    J'aime

  2. Cc les petits je viens de lire le blog avec joie, vous nous faites rêver, tres beau et surtout que de belles rencontres, tout cela à enregister dans votre livre de souvenirs.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s