La Paz

Mercredi 12 février 2020, la nuit fût très calme au bord de la lagune. Avant que nous prenions la route, les filles explore les alentours et observerons (de loin) des chenilles. Aujourd’hui, direction La Paz, la capitale administrative de la Bolivie. Nous savons déjà que nous irons nous garer à l’aéroport El Alto car c’est l’endroit le plus pratique pour visiter la capitale. Mais tout d’abord, nous allons à l’opposé pour recharger notre bouteille de gaz. La route descend beaucoup pour s’y rendre nous savons déjà que nous n’emprunterons pas cette partie pour le retour. Comme souvent en Bolivie, les travaux ne sont pas indiqué ou sinon juste au dernier moment. Nous sommes stoppés par de gros tas de terre en plein milieu de la « chaussée » et bien entendu il va falloir faire demi tour. Le seul endroit assez large est un peu meuble sous les roues d’Icidor, nous sortons donc la pelle, rajoutons des pierres … Seb réussi à mettre Icidor dans le bon sens, maintenant il va falloir monter la côte !! La chaussée, enfin le ripio n’est pas à notre avantage, il y a beaucoup de trous. Seb essai une fois et nous décidons d’aller chercher de l’aide avant d’abîmer les pneus. Je me dirige vers la maison où un groupe de personnes nous regardait galérer à faire nos manœuvres. J’avais remarqué un tractopelle garé à côté de chez eux. Les deux personnes les plus âgés arrivent et me dise qu’ils peuvent nous aider et direct me parle d’argent. (Je comprends pourquoi il ne venait pas nous voir avant.) Il me demande 100 $us, à quand même. Je lui dis que je n’ai que des Bolivianos et pas autant. Il me dit alors que 300 Bolivianos lui convienne, puis il part chercher la personne qui conduit l’engin. Je retourne informer Seb qui aperçoit le Bolivien se frotter les mains de joie. Ok on va négocier !!! Le jeune homme, conducteur du tractopelle, est obligé de déblayer le chemin pour arriver jusqu’à nous. Pendant que nous mettons les sangles au bout de sa pelle, je lui demande combien coûte le remorquage mais celui-ci sourit et ne me répond rien. Le vieux monsieur est là aussi et il aperçoit les filles qui s’installent devant pour voir la manœuvre, et comme à chaque fois nos belles blondinettes font leur effet car le vieux monsieur rentre chez lui. Je suis à pieds la remontée du camping-car et arriver en haut, avec Seb nous allons remercier le jeune homme et lui demandons combien il veut. Il sourit de nouveau, mais d’un sourire sincère et nous dit tout simplement :  » Je ne veux rien, c’est ma conscience ! « . Et il nous indique la route à suivre. Nous arrivons à l’hôtel indiqué sur ioverlander qui rempli les bouteilles de gaz mais pour qu’il recharge, il faut être client de l’hôtel ou dormir sur son parking. La situation géographique de celui-ci pour visiter La Paz ne nous convient pas. Nous nous dirigeons vers le dernier point de recharge. Je l’ai contacté par WhatsApp ce matin et c’est possible pour lui. Pourquoi ne pas y être aller directement ? Parce que il est plus loin et le prix plus cher. La route pour y parvenir est très pentue mais pavées et pour y rajouter une difficulté supplémentaire, il pleut. Arrivé à l’adresse, nous attendons 5 min Marco, il est étonné que nous soyons arrivés de ce côté de la route avec notre véhicule : il a un super moteur notre Icidor même a plus de 4000 m d’altitude. Nous lui laissons notre bouteille de gaz Argentine et allons faire des courses au supermarché. Bien entendu celui-ci est situé plus bas dans la ville, c’est reparti pour la redescente dans une circulation dense avec des collectivos qui jouent du klaxon sans cesse et surtout des dos d’âne de partout que ce soit en descente ou en montée. Le plus long dans nos courses aura été le trajet pourtant il n’y a pas une grande distance. Bref, les placards et le frigo sont remplis et nous avons une bouteille pleine de gaz !! Mais la journée n’est pas finie, maintenant en route pour l’aéroport situé sur la ville El Alto. Nous faisons le choix de rallonger le trajet pour ne pas avoir à traverser toute la ville de La Paz. A l’aéroport, nous avons encore de la chance car le parking est en travaux et il est amputé de la moitié de sa capacité d’accueil. Il ne reste que 2 places où nous pouvons stationner Icidor car les autres sont couvertes et inférieures à 3 mètres. Nous nous garons à 18h30 éreinté de cette journée.

Jeudi 13 février 2020, réveil sous la pluie. Aujourd’hui nous allons visiter le centre de La Paz. Mais avant, pendant  l’école, Seb se rend à l’aéroport pour changer les pesos chiliens qui nous reste et surtout il va dans la boutique Entel pour comprendre pourquoi notre carte sim ne fonctionne pas. Dès son retour, nous préparons les sacs à dos et allons prendre un collectivo (petit bus taxi). Nous ne partons qu’une fois qu’il est rempli, le trajet est de 15 Bob pour nous 4, c’est à dire moins de 2 €. Nous nous arrêtons vers l’église San Francisco que nous visitons. Nous allons en direction du marché des sorcières et nous arrêtons dans plusieurs petites échoppes pour acheter des souvenirs. Les filles avaient très bien retenu l’information que c’est à La Paz que nous les achèterons. Puis les stands changent et nous apercevons des offrandes, des fœtus de lamas séchés… Nous expliquons aux filles que des personnes achètent des offrandes pour honorer la faveur des esprits dans la culture aymarà pour leur porter bonheur. Nous nous mettons à la recherche d’un restaurant, nous voulons manger de la nourriture bolivienne et ce n’est pas simple à trouver car il y a beaucoup de restaurations rapides ou pas de plats typiques. Après 15 min de recherche nous trouvons, avec Seb nous choisissons de goûter au lama. Je pensais que la viande serait similaires au gibier mais non c’est très bon. Juste avant de partir retourner arpenter les rues de La Paz, un orage éclate avec des petits grêlons. Dans la rue l’eau coule à flot et nous observons que les vendeurs sont habitués car les stands sont recouvert de bâches plastiques très rapidement. Nous attendons une accalmie et maintenant direction le grand mercado. Celui-ci est impressionnant vue de haut, des toits de tôles ondulés rouges et bleus qui se chevauchent. Nous passons d’abord vers une sorte de fête foraines où sont alignés les billards, les baby-foot, les tirs à la carabine et tout autres jeux de précision. Puis des stands de jouets avec des Barbies habillées de très belles robes …. Nous sommes surtout à la recherche d’une jupe traditionnelle bolivienne pour Éléonore. Nous trouvons un seul stand mais il n’y pas qu’un seul modèle à sa taille. C’est à ce moment là que commence le parcours dans ce dédale. Nous nous séparons pour une recherche plus efficace car il pleut toujours. Au bout d’un quart d’heure, nous trouvons enfin et Éléonore à le choix entre 3 modèles. Elle est ravie, mission accomplie nous allons enfin pouvoir repartir pour retrouver Icidor. Au moment de partir, nous passons auprès des stands de nourriture et j’ai des hauts le cœur et ne supporte pas bien tout ces mélanges d’odeurs. Je prends sur moi et nous nous dirigeons vers la place San Francisco pour arrêter un collectivo qui se rend à l’aéroport. Pas simple du tout, les peu qui passent devant nous sont déjà plein. Cette attente aura raison de mon état gastrique, vite un sac plastique …. J’ai pourtant manger la même chose que Seb ! Est-ce psychologique ? Au bout de 30 grosses minutes à attendre nous apercevons un collectivo dans l’autre sens et bloqué à un carrefour, nous traversons vite et montons à bord. Nous allons faire un détour mais c’est pas grave, on est à l’abri de la pluie c’est l’essentiel. Nous sommes tous contents de retrouver Icidor et pour ma part de me reposer.

Vendredi 14 février 2020, une nouvelle journée de pluie s’annonce. Au programme, découverte de La Paz par son réseau téléphérique. Il y a 10 lignes qui survolent la ville. La première station n’est pas très loin mais avec la pluie nous préférons prendre un collectivo pour nous y rendre. Les chauffeurs nous disent qu’ils ne s’y arrêtent pas. Nous leur demandons de nous déposer au carrefour, ça nous avancera toujours mais là, ils veulent en profitez et nous demande le même prix que si nous voulions nous rendre au centre ville. Nous sommes peut-être des touristes mais faut quand même pas nous prendre pour des idiots. Nous nous braquons un peu et allons jusqu’à la station à pieds et sous la pluie. Les filles ont tellement hâte de prendre le téléphérique qu’elles ne bronchent même pas et puis hier il pleuvait encore plus dixit Léontine. Arrivée à la ligne roja nous prenons nos billets pour nous rendre jusqu’au Mirador Killi Killi qui domine toute la ville. Il nous faudra prendre la ligne naranja. Nous mangeons des sandwichs préparés ce matin, mon estomac préfére une alimentation légère, avant d’attaquer la montée jusqu’au mirador. La vue sur la ville est impressionnante. Nous apercevons les maisons colorées que nous avons survolé et toutes les lignes des téléphériques. Maintenant nous redescendons et retournons faire quelques emplettes dans les rues commerçantes. Puis pour retourner à l’aéroport nous emprunterons 3 nouvelles lignes : amarilla, céleste et platinium. Le retour à pieds vers Icidor se fait sans pluie et au travers des marchandes ambulantes qui sourient dès qu’elles aperçoivent nos chères filles. Avant de retourner dans Icidor, on s’arrête à l’aéroport pour utiliser les commodités puis avec Éléonore nous rentrons les premières pour ranger les souvenirs et mettre un peu le chauffage. Quand Léontine et Seb nous rejoignent c’est avec une surprise : une rose pour la St Valentin. Puis nous réussissons à joindre Cécile des Picaflor pour son anniversaire, tout le monde est content se revoir en visio. Demain nous quittons La Paz direction le lac Titicaca.


2 réflexions sur “La Paz

  1. et bien il pleut des BLOGS…. je n’ai pas le temps de tous les lire à fond, parce qu’il faut vous avouer que la 1ère lecture est en diagonale et la 2ème plus approfondie. Mamie Eliane m’a adressé le lien pour visionner ce que les filles envoient à leurs classes. C’est super et en plus très belles les petites péruviennes et/ou boliviennes…

    ici c’est aussi la pluie il y en a bien besoin…. Gros bisous à vous 4..

    J'aime

  2. C’est toujours un plaisir de te suivre Sébastien avec ta famille et de voyager à travers votre blog.
    Profitez bien de tous ces moments magiques qui resteront inoubliables pour vous et merci de nous faire partager votre expérience.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s