Costa Rica : de la plage à la capitale

Dimanche 5 décembre, aujourd’hui on change de pays, direction le Costa-Rica. La frontière est à moins de 100 km. Nous faisons un arrêt au poste de frontière du Panama. Seb doit d’abord faire tamponner le TIP d’Icidor, puis direction tous les 4 pour réaliser la sortie du territoire. Sur son passeport, Seb a eu un tampon supplémentaire lorsqu’on a récupéré Icidor, signifiant qu’il ne peut pas sortir du Panama sans le véhicule. L’administration panaméenne n’est pas très logique car rappellez-vous qu’il nous fallait à tous des billets d’avion comme preuve de sortie du territoire. Bref, maintenant, on réalise la sortie d’Icidor et une mini inspection est réalisée. Tout le monde remonte dans le camping-car et nous roulons vers la douane costaricaine. Nous avions, à Boquete, rempli en ligne le formulaire d’entrée qui nous délivre un Qr code. Pas besoin de test pour les filles puisqu’elles ont moins de 12 ans et sont accompagnés de leurs parents avec un schéma vaccinal complet. En présentant nos passeports, nous montrons nos Qr codes et obtenons nos tampons d’entrée pour 90 jours. Nous nous rendons au bureau pour l’importation temporaire d’Icidor et y remplissons un formulaire. Nous devons fournir des copies de la carte grise, du passeport avec la photo et le tampon d’entrée ainsi que de l’assurance. Je vais récupérer les photocopies que nous avons pendant que Seb va prendre l’assurance. Il y a la queue donc je vais faire manger les filles. Pas besoin de courir faire faire les photocopies manquantes, Seb les fait réaliser par la personne de l’assurance. Retour au bureau d’importation et vérification du numéro de châssis et notre entrée au Costa-Rica est terminée. Cela nous aura pris plus de temps que prévu mais nous avons tout en règle. On avait prévu un bivouac non loin de la douane mais nous pouvons faire un peu plus de km car nous avons changé d’heure par rapport au Panama, 7h de décalage avec la France. Un petit arrêt pour retirer des colones et nous nous rendons sur la Playa Tortugas où nous apprécions le coucher du soleil à 17h30 !

Lundi 6 décembre, nous allons rester 2 nuits ici car le site archéologique que nous voulons visiter est fermé le lundi. Après l’école, nous traversons le Rio Balso qui se jette dans l’océan pour nous promener le long de celui-ci. L’eau est fraîche ça fait du bien. On marche un long moment, plus que ce qu’on avait prévu, car les filles donnent le rythme avec leurs bâtons en traçant des symboles sur le sable. L’après-midi, on regarde l’itinéraire que nous pouvons faire au Costa-Rica pendant que les filles jouent sur la plage. Non loin de notre stationnement, il y a un centre de protection des tortues. Seb et Éléonore ont tout juste le temps d’apercevoir dans le seau d’un bénévole des bébés tortues avant que celui-ci les emporte dans leur centre. Léontine est très déçue, du coup je lui dis de rester dans les parages et que j’essayerai de demander des informations. Alors qu’elle me montre un iguane près du portique du centre, une voiture s’arrête devant et spontanément le conducteur nous invite à le suivre et nous explique le fonctionnement du centre de protection. Des bénévoles récupèrent les œufs de tortues sur la plage et refond des nids dans le sable à l’abri des oiseaux et des hommes. Les œufs sont répertoriés et au bout de 50 à 70 jours ils éclorent. Encore une fois, tout est noté dans un registre. Ce jour là, 65 bébés tortues sont nés, les œufs qui n’ont pas éclots sont ouvert par un bénévole pour connaître la raison (non viable, non fécondés…). En fin de journée, les bébés tortues sont relâchés sur une plage protégée au plus près de l’océan. Nous ne pouvons pas y assister.

Mardi 7 décembre, avant de nous rendre sur le site archéologique, nous faisons quelques courses au supermarché puis Seb va acheter une carte Sim Kolbi mais impossible d’enregistrer son téléphone dans la boutique, il est donc invité à ce rendre au bureau de l’ICE ( Instituto Costarricense de Electricidad) pour le faire. En attendant les filles mangent et on essaie de faire des courants d’air mais la chaleur est bien présente. A son retour, Seb déplace le camping-car près d’un parc de jeu, nous mangeons pendant  que les filles vont jouer mais c’est de très courte durée car elles ont vraiment trop chaud. En route pour la visite de la Finca 6 et ses grosses sphères. Mais ça ne sera pas pour aujourd’hui, car le parc est ouvert que de 8h à 14h par rapport à la Covid, c’est raté de peu, il est 14h30. On part se garer sur une autre petite plage très proche de la playa Tortuga mais celle ci est fermée temporairement pour travaux, on tente une autre mais le chemin d’accès ne nous plaît pas, retour à Tortugas ! Nous pouvons de nouveau voir des bébés tortues et apprécier le coucher du soleil.

Mercredi 8 décembre, on va enfin pouvoir voir les sphères de Sierpe. Dans le petit musée on a des informations sur la signification et la fonction de ces mystérieuses sphères. Elles remontent à l’époque précolombienne. Les différents sentiers nous permettent de voir les sphères sur leur site original. Nous déjeunons sur le parking du musée et allons au camping vers le Parque Marino Ballena.

Jeudi 9 décembre, nous nous levons tôt pour aller visiter le parc car il va faire chaud. Dans le sac : crème solaire, maillots de bain, encas et gourdes. Le parc est gratuit ce qui est exceptionnel car tout au Costa Rica est payant. Nous marchons sur un sentier ombragé qui longe la plage et nous dirigeons vers l’océan  pour nous baigner. Tout le monde en maillots et c’est partie. L’océan est calme car protégé par le récif en forme de queue de baleine. Après les 3/4 d’heure de marche et la chaleur ça fait un bien fou. Avec les vagues l’eau est trop trouble pour faire du snorkeling de ce côté donc on traverse la plage. J’ai juste le temps de rassembler nos affaires et rentrer dans l’eau que Léontine se met à crier : une méduse l’a piqué sur l’avant bras. On sort vite et Seb lui dit de plongée sa piqûre dans la « flaque » d’eau bien chaude qu’ils ont traversé en changeant de plage. Super ça la soulage directement !! En rentrant, on mettra de la pommade. Ce petit incident sonne le retour au camping. On rejoint l’ombre des cocotiers pour se changer un peu et repassons sur le sentier. On aperçoit des singes et pleins de aras rouges. Une fois au camping, on mange puis on sort notre machine à laver, on tend la corde en espérant que tout soit sec demain matin mais avec l’humidité dans l’air, la nuit qui tombe très tôt et l’absence de vent c’est pas gagné. Nous mangeons dehors et tout le monde au lit.

Vendredi 10 décembre, le linge n’est pas sec du tout ce matin alors pendant l’école Seb tend une nouvelle corde en plein soleil. Alors qu’on range le camping-car, le propriétaire montre aux filles un nid avec 2 bébés colibris. On prend la route pour nous rendre au parc Manuel Antonio que nous visiterons demain. Nous pensions nous garer sur le parking mais celui-ci n’en a pas. Au Costa-Rica, il y a un vrai business pour les parkings. Sur celui marqué gratuit, le gardien nous demande une participation. On va chercher ailleurs, en se dirigeant dans  la ville on se fait arrêté par un jeune homme en français, il nous dit que le parking est gratuit et qu’il peut nous accompagner. On va faire demi-tour et on y retourne. Le gardien est OK mais juste avant de s’engager dessus, il nous dit qu’il faut consommer au restaurant d’à côté. Seb met la marche arrière, on n’apprécie pas d’être manipulé. On se gare vers les bus et je recherche le jeune homme qui voulait nous aider. Il s’appelle César et à son accent je pense qu’il est Canadien du Québec mais pas du tout il est du Costa-Rica et a étudié à Montréal pour ses études. En discutant, il nous dit que nous pouvons dormir ici gratuitement mais il risque d’avoir beaucoup de bruit car la ville est animée et puisque les bars ferment tôt, les jeunes se retrouvent sur la plage et font la fête. Il nous dit de nous rendre dans sa ville, à Londres, qui se trouve à 20 km d’ici et de bivouaquer près de la rivière. Il nous précise aussi qu’il faut acheter nos billets en ligne pour le parc de demain. Nous suivons son conseil et reprenons la route. L’endroit est très sympa, les filles vont tremper leurs pieds avec Seb dans la rivière pendant que j’écris le blog. C’est très familial et ce soir nous serons seul. Le pont jaune au dessus du Rio nous rappelle notre bivouac sur la carretera australe au Chili les lupins en moins.

Samedi 11 décembre, la nuit a été super calme et le réveil sonne tôt car on a réservé pour 8h la visite du Parque Manuel Antonio. On a un peu d’avance, on va donc sur le parking gratuit mais cette fois-ci c’est un refus. On essaye de  comprendre pourquoi hier avec une participation c’était possible et plus aujourd’hui mais la discussion n’est que dans un sens. On prend la direction d’un autre parking où est affiché le prix de 3000 colones. On nous fait garer dans un coin où notre gabarit ne dérange pas. Je paye avec la monnaie locale car ici systématiquement pour nous, les étrangers, les tarifs sont en dollars et le taux de change n’est pas très juste. Direction le parc Manuel Antonio et à l’entrée on nous prend la température et on doit se laver les mains, on nous demande d’ouvrir nos sacs pour vérifier qu’il n’y a pas de nourriture car il est formellement interdit de manger dans le parc, trop de personnes nourrissaient les animaux.  Nous montrons notre réservation et c’est parti pour plus de 4h de visite. Plusieurs sentiers s’offrent à nous pour visiter le parc, ils sillonnent dans la forêt dense et nous conduit jusqu’à un mirador où nous pouvons observer le Pacifique et des îlots puis sur de très belles plages. Nous avons pu observer des singes de très près, des iguanes, des écureuils et des coatis. Nous avons bien marché et allons manger dans Icidor. Un petit tour dans les boutiques « artisanales » mais les prix sont exorbitants et bien entendu en dollars. Nous prenons la route et nous garons sur la playa Palo Seco sous les palmiers, une plage familliale mais un océan bien agité. Nous profitons du très beau coucher du soleil.

Dimanche 12 décembre, nous pensions prendre la route pour une autre plage mais nous sommes très bien ici. L’école en extérieur c’est sympa surtout qu’il ne fait pas trop chaud. Nous profitons de la plage pour faire quelques dessins de Noël sur le sable puis on joue au ballon, aux raquettes et à des jeux de sociétés… Le soleil se couche toujours aussi tôt mais on commence à s’habituer.

Lundi 13 décembre, aujourd’hui on va à la capitale San Jose, nous faisons juste un petit arrêt sur la route pour observer des crocodiles. Ils ne sont pas très actif mais sont de tailles importante. Depuis quelques temps notre vanne papillon refait des siennes et nous décidons de nous rendre dans le garage Iveco pour savoir si on pourrait la faire changer. Cela ne nous empêche pas de rouler mais nous préférons la remplacer pour être plus serein. Notre fidèle Icidor est sur porteur Ducato mais à un moteur Iveco. Malheureusement, cette pièce est de marque Fiat, nous repartons tout de même avec 2 adresses où on pourrait la trouver. On ne tarde pas car il y a de la circulation et les magasins ne ferment pas tard. Le premier n’est pas très coopératif, il dit ne rien avoir en stock et nous dirige vers une autre adresse. Sur la route nous passons devant plusieurs concessionnaires dont un de la marque Fiat, j’enregistre sa localisation sur mon GPS on ne sait jamais. Arrivée à destination, nous ne voyons pas le logo Fiat sur l’enseigne à côté des autres marques françaises et bien entendu il n’y a rien pour nous. On a perdu du temps et nous ne pourrons pas nous rendre vers la seconde adresse que le garage Iveco nous a donné car celle-ci n’est pas à San Jose, mais dans une ville attenante. Nous décidons de nous arrêter à la concession Fiat, qui normalement, elle est la plus à même à nous dégoter une pièce de rechange. Seb se renseigne et nous faisons le tour du bâtiment pour nous rendre dans les bureaux s’occupant du service après-vente et des ateliers. Avec les filles nous attendons et elles trouvent le temps un peu long, je leur répond tant mieux, cela signifie qu’une personne se renseigne ou même trouve. A son retour, Seb nous explique que la pièce peut être commander (génial) mais que les délais sont très long (presque 5 semaines) car en fin de semaine c’est les vacances de Noël et même les vacances d’été ici. Dans tout les cas, on attend son mail demain pour plus de précision et un devis. Nous allons nous garer près d’un parc infantil dans un quartier résidentiel. On va tous se dégourdir les jambes mais le frais nous fera rentrer dans Icidor. San Jose est à presque 1300m d’altitude donc on a perdu quelques degrés mais surtout il n’y a pas de moustiques !!

Mardi 14 décembre, la nuit fut super calme. Pas d’école aujourd’hui, dès que tout le monde est prêt, nous allons vers le magasin de pièces Fiat qui se trouve à 20 km. Nous trouvons le commerce mais celui-ci est fermé, on essaye de téléphoner mais nous sommes dirigé sur leur répondeur. Pas de chance mais surtout du temps de perdu. Maintenant, nous allons dans un Mall prendre des idées pour les cadeaux de Noël car c’est dans 10 jours et rien n’est fait. Pour se stationner, je pars en éclaireuse. Les places en extérieures sont trop petites,  je fais un tour entier du bâtiment avant d’arriver à trouver une personne pour m’aider. Au début, il me propose le parking souterrain mais quand je lui montre au loin Icidor, il comprend que quand je lui dis que nous sommes « mas grande »  c’est vrai. Il me montre une place réservée pour les livraisons  et nous fait garer. Pas de soucis, il surveille et nous pouvons prendre le temps qu’il nous faut. Super, maintenant c’est parti pour le shopping. Première étape, le magasin de jouet, les filles sélectionnent leurs envies, enfin Éléonore aiment beaucoup de choses et Léontine est plus dans la réflexion (faut que ça ne soit pas trop grand, qu’on puisse y jouer tous ensemble ….) et elle est à un âge où c’est plus difficile. Nous allons ensuite dans une boutique de bijoux et là encore c’est Éléonore qui trouve son bonheur. Nous continuons les magasins (vêtements, librairies…) et entre 2 j’arrive à m’éclipser. Il est l’heure de manger, nous avons le choix entre plusieurs chaînes de restauration rapide pour le plus grand bonheur des filles. Retour à Icidor à presque 15h, nous retournons nous garer au même endroit. Les filles jouent dans le parc pendant que Seb envoi un message pour notre vanne papillon : la réponse ne tarde pas pour le moment il n’y a pas de retour de prix ni de temps de livraison. En parallèle, nous avions envoyé des messages sur des groupes de français au Costa-Rica et au Nicaragua au cas où l’un d’entre eux viendrai de France et pourrait nous livrer la pièce. Nous avons une jeune fille qui arriverai le 7 janvier ( c’est mieux que le 20 janvier) au Nicaragua mais elle n’a qu’un bagage à main (la pièce ne fait que 1kg mais le colis est un peu encombrant). Bref ça cogite pas mal. On rejoint les filles sur le terrain de basket puis Éléonore demande à ce qu’on l’accompagne pour aller jouer avec un petit garçon et elle ajoute en plus il parle français ! Seb fait la connaissance de Valentin le papa pendant qu’Eléonore joue avec Émile. Nous les rejoignons et continuons la discussion. Valentin travaille depuis 5 ans en tant que chercheur au Costa-Rica. Il nous conseille sur les différentes régions puis nous demande combien de temps nous restons. Ah ! Très bonne question ! Nous expliquons rapidement notre problématique. Spontanément, il nous explique qu’il part demain pour la Martinique afin d’y passer les fêtes de fin  d’années en famille et que son papa le rejoint depuis la France mais il ne connaît pas exactement sa date de départ. OK ça serai le top il faut qu’on puisse commander et faire livrer la pièce  à temps pour que son papa puisse la mettre dans ses valises. En apprenant où habite son papa, notre regard avec Seb se croise et un sourire l’accompagne : il est dans le Doubs tout près de nos amis les Globe-trotteurs du Doubs qui ont le même camping-car que nous !! Ni une ni deux, Seb envoie un message à Jimmy sans vraiment regarder l’heure, mince, il est presque 1h du matin en France. Les filles font visiter le camping-car à Émile et on récupère le numéro de Valentin. Nous leur souhaitons un bon séjour en Martinique et lui disons au 2 janvier !! Nous sommes un peu soulagé de cette opportunité qui s’est présentée à nous mais gardons les pieds sur terre, nous attendrons demain pour contacter Jimmy et Céline. Cette journée a été encore plus égayée par la visite de la personne habitant la maison en face où nous stationnons. Celui-ci nous offre un sac avec un gâteau, une boisson et un paquet de bonbons pour nous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année. Lorsqu’il s’aperçoit que nous avons 2 filles, il retourne chez lui récupérer un autre paquet de bonbons. Nous sommes tous les 4 très reconnaissant et très touché par ce geste.

Mercredi 15 décembre, la journée commence tôt en téléphonant au Globe-trotteurs du Doubs. Seb explique la situation à Jimmy et lui envoie des photos de la pièce, le numéro de châssis… en parallèle Céline nous fait rire en cherchant des vols pour le Costa-Rica pour nous apporter la pièce en main propre. Avec toutes informations, il va se renseigner et on se rappelle. Pendant que je prépare le petit-déjeuner, Seb envoie un message à Valentin pour connaître la date exact de départ de son papa et avoir ses coordonnées, la réponse ne se fait pas tarder : genial, il décolle dimanche. Maintenant, il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que la pièce soit en stock ou livrable rapidement. Je file à la lavenderia pendant que Seb fait le plein d’eau et que les filles jouent dans le parc. Une fois toutes ces petites corvées terminées nous prenons la route pour visiter plusieurs parc nationaux.


Une réflexion sur “Costa Rica : de la plage à la capitale

  1. Coucou les enfants j ai ouvert le blog vendredi 24 au soir en allant réveillonner à pouilly ou tout c est bien passé retour à 1 h 30 dodo à 2 heures et le lendemain le jour de Noël 🎄 réveil à 8 heures pour finir les préparatifs de Noël 🎄 🤶. On était 6 adultes et 3 enfants puis grand mie est montée avec maman et la famille Recanati pour partager le dessert bûche glacée au 🍋 et une 2eme aux fruits rouges….miam miam. On a mangé également la salade d oranges faite par fanny en souvenir de mamie Simone….à 20h 30 tout le monde était parti. Le Noël 🎅 🤶 a fait des heureux pour les petits et les grands….nous avons été très contents de vous apercevoir en visio ….nous partons mardi à serre chevalier avec des amis jusqu’au au 2 janvier il y a de la neige on pourra faire de belles balades….je vous enverrai des photos….je vous fais plein de gros 😚 bisous ainsi que tonton Philippe….à l année prochaine les baroudeurs…..

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s