La Baja

Jeudi 17 mars, nous roulons jusqu’au  bureau de TMC (Transportation Maritima de California) à Mazatlan pour prendre des renseignements sur la traversée jusqu’à La Paz. Nous y arrivons vers les 15h30 et comprenons que nous pouvons embarquer aujourd’hui. On est bien content ça nous fais gagner deux jours. S’en suit une longue attente, Seb va faire peser Icidor et lorsqu’il demande d’être enregistré en Doble rodado, la personne sort son mètre et mesure très rapidement Icidor à 7m50. Seb leur demande de recommencer car nous ne faisons que 7m20 mais surtout pour pouvoir bénéficier de ce tarif il ne faut pas dépasser 7 mètres. La personne recommence et Seb ignore ce qu’elle note sur le papier nécessaire à réservation. On verra au moment de payer. Nous retournons dans les bureaux pour terminer la réservation mais c’est très long, tout le monde nous passe devant sans vraiment nous parler. On comprend que les chauffeurs poids-lourds soient prioritaire mais on veut juste en être informer. Après plus d’une heure trente d’attente, notre dossier est traité et Seb aperçoit la notification Doble rodado, super une économie de presque 4000 Pesos.  Nous allons pouvoir accéder au bateau, on nous fait garer sur la partie supérieure mais au fond (il y aurait eu plus d’air un peu plus à l’avant) et malheureusement juste à côté d’un camion frigo. Nous accédons sur le pont du bateau pour prendre un petit goûter en attendant le départ du port mais celui-ci sera en retard car il y a encore des véhicules qui montent. Nous allons ensuite repérer le salon où la plupart des camionneurs vont dormir et la cuisine où nous prendrons nos repas. Le dîner est servi jusqu’à 19h et il n’y a que 8 chaises !! Nous décidons de nous y rendre de suite. Au menu riz, haricots rouges et poulet avec tortillas accompagnés d’un verre d’horchata (boisson à base de riz, d’amande et de cannelle). Nous mangeons assez rapidement pour laisser notre place. Le bateau n’est toujours pas parti, il fait nuit et la pleine lune nous éclaire. Nous allons dans Icidor regarder un dessin animé pour passer un peu le temps et d’un coup sentons que nous avançons. Il fait très chaud à l’intérieur, on ouvre bien les lanterneaux pour essayer de faire rentrer un peu d’air mais rien y fait et surtout on entend encore plus le moteur du camion frigo !! Tout le monde au lit, le bateau tangue beaucoup mais une fois allongé on le ressent moins. Les filles s’endorment très rapidement ainsi que Seb et pour ma part je regarde un film. Ma nuit a été un peu morcelée.

Vendredi 18 mars, nous nous rendons à la cuisine pour le petit-déjeuner sans surprise celui-ci est salé, omelette, riz et haricots rouges. On fera un petit-déjeuner français pour Éléonore dans Icidor puis un peu d’école. De retour sur le pont, on observe la mer et on aperçoit des dauphins et même une baleine. L’eau est très clair. Les manœuvres pour entrer dans le port débutent, nous observons leur fonctionnement. Puis nous debarquons à La Paz et il y a un contrôle de douane mais seul Seb est autorisé a s’y rendre. Nous passons à pied avec les filles et on nous demande nos passeports, euh… ils sont dans la Casarodante. Le douanier me parle en anglais et même si je comprend se qu’il me dit, il y a que l’espagnol qui sort de ma bouche. Il est étonné que je lui parle dans sa langue car  tous les autres touristes autour de moi parlent anglais. Il me demande depuis combien de temps nous sommes au Mexique et quand nous en repartons. Il est satisfait de mes réponses et nous laisse passer. Une fois dehors nous ne pouvons pas rejoindre Seb, il faut attendre qu’il ai passé tous les contrôles.  Nous patientons 15 minutes et je vais me renseigner pour savoir où est la sortie après les contrôles. J’ai bien fais de demander car on aurait pu attendre longtemps ici ! Heureusement, Seb vient juste de terminer, il a du payer pour une désinfection d’Icidor et un contrôle sanitaire a été effectué, on aurait su qu’il avait lieu on aura mangé au petit déjeuner les mangues et les œufs !! Maintenant, que nous sommes à La Paz nous allons faire le tour des garages pour effectuer la vidange et regarder les freins qui font un peu de bruit,  faire un devis pneus et voir si nous trouvons pour faire changer notre pare-brise qui a une petite fissure. Au premier garage pas de possibilité avant 5 jours, le second sera le bon. On fournit l’huile, les filtres à gasoil et à huile. Pour les freins, on nous conseille un autre garage mais il faudra y retourner demain car il ferme à 16h. Les devis pour les pneus sont élevés nous les étudieront ce soir à tête reposée. Nous trouvons un point Ioverlander dans la ville sur le parking d’un hôtel pour être de bonne heure au garage demain. Le coucher sera tôt.

Samedi 19 mars, nous arrivons au garage à 8h30. Nous sommes accueillis par une dame qui directement prévient Seb en lui disant que s’il faut des pièces pour le véhicule, elle ne les aura pas !! On est bien conscient de ça. Le diagnostique du bruit n’est pas grave. Il y a juste besoin de faire rectifier les disques. Nous faisons aussi changer les plaquettes arrières puisque nous en avons un jeu d’avance. Pendant ce temps, les filles font l’école. Une fois tout terminé,nous allons à la plage Tecolote. Au loin, on aperçoit beaucoup de gros véhicules de garés sur la droite de la plage nous irons sur la gauche ! Il n’y a que des voitures et ce soir elles partiront toutes ! Nous restons un peu dans Icidor car le soleil est fort puis allons sur la plage mais l’eau n’est pas très chaude. Nous nous promenons tout au long de la mer et allons voir tous ces véhicules garés. Il y a pratiquement que des américains ou des canadiens. Le Mexique a un accord avec les États-Unis et les américains n’ont pas besoin de faire les papiers d’importation temporaire de leur véhicule s’ils restent en Basse-Californie. Nous retournons tranquillement à Icidor, les filles jouent dans le sable pour le reste de la journée.

Dimanche 20 mars, aujourd’hui nous allons à la plage Balandra. C’est une plage protégée où l’accès est accordé pour 3h maximum. Nous patientons jusqu’à 12h pour pouvoir y accéder. Nous mangeons rapidement sur le parking puis allons profiter de cette belle plage. L’eau est superbe mais pas très chaude. Seb et les filles iront se baigner pendant que je reste à l’ombre de la falaise. Puis les filles vont explorer un peu plus loin la plage. A 15h nous quittons la plage et retournons nous stationner à Tecolote. Il y a beaucoup plus de monde qu’hier, après le goûter les filles vont de nouveau jouer dans le sable pendant que nous faisons le point sur l’itinéraire des prochains jours.

Lundi 21 mars, c’est le printemps !! Nous faisons un arrêt dans un supermarché à La Paz et grâce au Wi-Fi du centre commercial, nous pouvons enfin passer un appel aux copains du Doubs comme promis ! Après ce bon moment au téléphone, nous allons remplir les placards et le frigo !! Puis direction une plage à 120 km plus au Sud sur la péninsule. Nous sommes garés à peine depuis 10 min, les filles vont se mettre sous un palapa avec leurs affaires de plage et je sors le goûter du placard. En sortant j’aperçois une personne que nous avons rencontrer en France lors d’un rassemblement de voyageurs ! C’est Jennifer des Ludwig on the road ! Improbable, Ludwig, leur gros camion est derrière Icidor et Bruno regarde pour se stationner !! Trop bien, on les pensait encore sur le continent Mexicain ! Mahaut, leur fille de 9 ans, va rejoindre les filles  suivi par Sören 3 ans et leurs 2 bébés chiens adoptés à Teotihuacan ! On s’installe et racontons nos voyages respectifs. Le temps passe vite en discutant, le vent est fort et rapidement il fait plus frais. On fait habiller les enfants puis j’irai préparer des pâtes carbo qu’elles mangeront dans le beau camion. Le coucher sera tard !

Mardi 22 mars, après l’école et puisqu’il y a encore plus de vent que la veille, nous décidons de prendre la route pour une petite plage à 80 km de là et de nous arrêter déjeuner au niveau du Tropique du Cancer. Un globe terrestre est installé et nous permet d’expliquer aux filles cette ligne imaginaire. Elles réalisent qu’elles sont passées par les 2 tropiques et l’Equateur lors des 2 voyages. Nous arrivons au bivouac en premier car les copains ont besoin de faire des courses. Il y a déjà 3 véhicules de garés et le sable est un peu meuble, pas de choix ça sera un peu à l’écart pour que Ludwig ai de la place. Les enfants vont rapidement s’amuser dans le sable et les parents installons le campement pour 2 jours. Nous préparons pour le dîner une bonne tortilla avec de la salade.

Mercredi 23 mars, un bon petit-déjeuner dehors comme on les aime ! Après l’école les filles retournent jouer dans le sable et Seb s’occupe de regarder plus précisément notre pompe à eau qui fait des sienne depuis un petit moment. Le diagnostic tombe il faut la changer car elle fuite de plus en plus. Nous étions partie en 2019 avec une de rechange donc il n’y a plus cas. Pendant qu’il termine j’accompagne Éléonore qui veut se baigner, enfin plutôt se mouiller un peu car les vagues sont très fortes. De retour aux véhicules, tous les enfants jouent aux Playmobils en même temps que le goûter. Puis il est déjà l’heure de débute le repas du soir, lasagne !! Je prépare tout dans Icidor et j’utilise le grand  four de Jennifer. Les enfants mangeront dans Ludwig et nous tranquillement dehors, puis tous aux lits, le soir les températures baissent ce qui est très agréable pour dormir.

Jeudi 24 mars, avant de partir de la plage, Seb monte sur Icidor pour un petit nettoyage des lanterneau et des panneaux solaires. De là haut, il aperçoit une baleine. Nous allons tous observer depuis la plage, nous apercevons sa queue et ses projections d’eau. C’est toujours aussi magique de les imaginer si proche de nous. Nous quittons la plage et nous allons visiter la ville de Cabo San Lucas, nous retrouverons les copains plus tard. Comme souvent, il fait trouver un endroit pour se stationner, nous faisons la queue pendant un quart d’heure avant de pouvoir accéder au parking et nous en ferons trois fois le tour pour réussir à se garer sans trop dépasser !! Dans la baie il y a deux gros bateaux de croisière, se qui explique le nombre important de touristes dans les rues dont la pluspart sont américains. Aux abords des magasins ou des restaurants on nous salut d’un « good-morning », d’un « welcome », au début nous répondons en espagnol puis on décident de répondre en Français !! Les filles entre dans le marché artisanal pour s’acheter un petit souvenir et là encore les prix sont annoncés en US dollars et plutôt élevés ! Les vendeurs sont surpris que nous parlions l’espagnol et sont même contents ! Du coup, ils nous font une petite ristourne car on parle leur langue ! Nous cherchons un endroit où se restaurer un peu loin de toute cette agitation ! Nous mangerons dans una comida un menu du jour : petite soupe en entrée puis spaghettis boulettes pour les filles et faritas de poulet et riz pour les parents accompagnés d’un jus naturel de piña y naranja ! Nous flânons un peu dans la ville qui n’a rien d’exceptionnelle et retour à Icidor. Nous arrivons sur la plage de Cerritos vers les 16h. Il y a énormément de véhicules nord américain et savons que nous resterons qu’une nuit. Nous nous garons à côté de Ludwig et ils nous présentent leur amis Québécois. On échange sur le voyage et ils sont presque admiratif du récit de notre voyage. Pour la plupart des nord-américain, le Mexique et parfois même seulement la Basse-Californie est la limite de leur voyage. Pendant ce temps, les filles jouent avec les autres enfants. Nous mangeons tous tôt et couchons les enfants pour discuter entre adultes.

Vendredi 25 mars, Léontine a eu des maux de ventre en fin de nuit. Petit-déjeuner léger pour elle puis repos. Seb accompagne Éléonore à la plage avec tous les autres. Léontine se repose et moi j’en profite pour écrire le blog. Nous les rejoignons un petit moment pour prendre l’air marin mais les douleurs reprennent. Du repos pendant que je  prépare le déjeuner puis en début d’après-midi nous allons dire aurevoir à tous le monde. Nous retrouverons peut être les Ludwig on the road aux États-Unis. Nous nous dirigeons vers un camping à côté de La Paz. Nous avons besoin de Wi-Fi pour appeler mes parents afin d’organiser l’envoi du faisceau électrique aux Usa. Le camping est très grand, Éléonore va jouer aux jeux, Léontine va mieux (elle commence à avoir faim). Nous allons profiter des douches chaudes puis allons faire une machine à laver. Au menu du soir Quesadilla au chorizo puis les filles se couchent et nous allons mettre le linge au séchoir. On profite du Wi-Fi pour faire toutes les mises à jour de nos équipements, les cartes de nos navigateurs… puis au lit.

Samedi 26 mars, Léontine a bien dormi (nous aussi du coup), tout est rentré en ordre. On ne traine pas au lit car on a 8h de décalage avec la France. Tout de suite après le petit-déjeuner j’appelle mes parents. Je n’aurai que ma maman et oui les filles papy est au foot !! Le faisceau électrique n’est pas encore arrivé chez eux , il faudra attendre lundi pour qu’ils l’envoient à Los Angeles. Nous avons récupéré l’adresse d’un français habitant Los Angeles via les copains du Globe à quatre. Je profite du colis pour me faire parvenir ma carte sim pour mon téléphone. Aux États-Unis, nous pourrons appeler en illimité vers la France ! Après un bon moment passé au téléphone, nous nous préparons à reprendre la route. On fait les courses au Walmart, on commence notre provision de lait en brique UHT car nous avons appris qu’il n’y avait que du lait frais au USA ce qui n’ai pas très pratique pour nous  qui en consommons minimum un litre par jour. On mangera sur le parking des empanadas au thon et une petite pâtisserie avant de prendre la route. Le bivouac de ce soir est sur une plage avant la ville de Loreto. 

Dimanche 27 mars, il y a eu le changement d’heure en France mais pas pour nous. Je me lève en première et fais des pancakes, c’est l’un des bons du calendrier de l’avent (on les avait un peu mis de côté). Ils sont vite avalés et appréciés, il faudra réitérer ! Nous faisons l’école puis Seb et Éléonore vont se degourdir les jambes. Je fais un peu de rangement puis les rejoint. Léontine fait du land-art avec des pierres près d’Icidor. Nous rentrons déjeuner et sommes interrompus par des dauphins qui s’amusent dans la baie. Ils sont nombreux, on prend l’appareil photo et les jumelles. En début d’après midi nous allons à Loreto visiter la ville. Elle est très agréable et il fait très chaud donc on utilise un nouveau bon : Glace !! Éléonore (qui aime les glaces maintenant, c’est plus simple pas besoin de chercher un œuf Kinder comme durant le premier voyage) choisi pistache et snickers, Léontine Coco et snickers, Seb snickers et citron et pour ma part Tres leche et yaourt mûre. On s’installe sur un petit banc ombragé pour les déguster. Nous allons reprendre la route pour nous rendre sur la plage au bord de Bahia Conception. Le cadre est très beau, c’est calme, gratuit, le seul inconvénient est qu’il n’y a pas réseau téléphonique. Nous sommes stationné à côté de deux jeunes américains dont l’un parle un peu français. On mélange les trois langues pour se faire comprendre et expliquer notre voyage. Angel nous avoue que le Mexique est le seul pays où elle a voyagé et qu’en Baja!

Lundi 28 mars, on ne traîne pas au lit, pendant que je débute l’école, Seb part à la recherche de Wi-Fi, il y a bien un restaurant avec l’inscription Wi-Fi mais il n’y a personne et Seb ne capte rien à son abord. Nous décidons de lever le camp et d’aller à Mulege pour avoir du réseau, on aimerai savoir si notre colis a été reçu par mes parents pour être expédier. Mais c’est sans compter sur notre marche qui refuse de se replier ! Ni une, ni deux, Seb se glisse sous Icidor, impossible le moteur ne veut rien entendre. Bon, pas le choix, on passe en mode manuel mais c’est plus long que prévu car avant le voyage on avait fait goupillerun axe et il faut tout démonter afin de le libérer. Pendant que Seb travaille dessus ou plutôt dessous, je retourne chercher du Wi-Fi. Le restaurant est entrouvert, je me présente et explique que j’ai besoin de réseau pour vérifier des messages importants. La responsable accepte mais me saisi le code sans que je puisse le voir et me demande si j’en ai pour longtemps. Les messages arrivent, cool ma maman a bien reçu la pièce et a déjà tout expédié, nous avons le numéro de suivi on pourra surveiller la progression du colis. Je remercie la responsable du restaurant qui n’était pas très serviable et retourne voir Seb. Maintenant, nous n’avons plus de raison de partir et Seb peut terminer tranquillement ses travaux sur la marche. La marée est basse, Seb accompagne les filles dans l’eau pour se baigner mais il leur faut marcher loin car il n’y a pas de fond sur une très longue distance. Ils sont stoppés par l’observation de crabes et de deux raies qui sont cachées dans le sable. Les filles ne sont pas rassurées donc retour à Icidor. En début d’après-midi, nous allons nous promener jusqu’aux Hotsprings, la marée remonte lentement. Nous marchons avec prudence dans les rochers et ne trouvons pas de suite les deux trous d’eau aménagé. Un petit détour puis retourne sur la plage où nous les apercevons. La marée n’est pas assez haute pour en profitez donc retour à Icidor en marchant dans l’eau qui en profondeur ne dépassera pas nos genoux. Les filles font des bracelets pendant que je fais un gâteau pour le goûter. En fin d’après-midi, je vais checker nos messages et activer le suivi du colis.

Mardi 29 mars, après nos activités matinales habituelles nous allons profiter des Hotsprings avant que la marée descende trop. Il y a deux bassins aménagés mais le premier est brûlant. Nous y resterons une bonne heure puis retour à Icidor. Un petit détour par le Wi-Fi mais le code a été modifié, on verra plus tard. Les filles jouent dans le sable avec des coquillages pendant que je réalise le repas de midi. Nous avions décider de partir après le déjeuner mais les filles veulent rester jusqu’à demain et utilisent leur Bon qui leur permet ! L’après-midi sera détente pour tout le monde, lecture, rédaction du blog, jeux dans l’eau, itinéraire jusqu’à la frontière…

Mercredi 30 mars, nous allons visiter Mulege qui est construite au bord d’un cours d’eau, puis nous nous rendons à Santa Rosalia . Dans cette petite ville, l’église Santa Barbara a été conçue par Gustave Eiffel pour l’exposition universelle de 1889 à Paris, elle a été démontée pour être envoyée en Afrique de l’ouest mais un directeur d’El Boleo a décidé de l’offrir à Santa Rosalia en 1895. Nous passons devant une panaderia et nous laissons tenté par une baguette pour accompagner notre repas du soir. Nous sommes stationnés sur le parking proche de la bibliothèque et nous en profitons pour récupérer leur WiFi avec le mot de passe très original « Comotequieras ». Les filles jouent dans l’aire de jeux et nous profitons de l’ombre de la place. Puis tout le monde dans Icidor.

Jeudi 31 mars, après l’école nous débutons une grosses journée de route. Nous allons passer en Basse-Californie du nord. Mais avant un arrêt pour remplir la seconde bouteille de gaz américaine et abandonner notre bouteille d’Argentine. Nous aurions aimé la céder à d’autres voyageur mais tout ceux rencontrer n’en n’avaient pas la nécessité. Nous visitons la petite ville de San Ignacio où nous déjeunons sur la petite place ombragée par des lauriers et proche de l’église de l’ancienne mission jésuite. Nous terminons les fruits car il y a un contrôle sanitaire entre les deux régions de Basse-Californie et pas question de se faire confisquer de la nourriture cette fois. Pendant notre pause méridionale, nous recevons le devis de Thum pour l’assurance d’Icidor pour les USA. Nous prendrons finalement l’assurance chez Progressive car elle est trois fois moins chère. Nous passons en fin d’après-midi vers le poste de contrôle sanitaire, mais il n’est effectué que dans l’autre sens ! Nous nous stationnons sur une piste un peu à l’écart de la route pour la nuit.

Vendredi 1er avril, il a neigé en France !! Pour nous c’est la remontée de la Baja avec que des cactus en paysage ! Nous roulons plus de 350 km avec une pause pour manger vers les 13h et refaire gonfler notre pneu avant droit qui en a bien besoin, à surveiller ! Nous n’avons pas trop de choix pour nous arrêter ça sera   un stationnement sur le parking d’un hôtel restaurant. Mais pour 100 Pesos nous avons accès aux douches chaudes mais rudimentaires et on pourra faire le plein d’eau demain matin. Après le coucher des filles, nous prenons la décision de changer nos pneus avant l’entrée aux États-Unis. Il ne faudra pas traîner demain matin car les magasins ferment plus tôt le samedi et nous sommes à 200 km d’Ensanada.

Samedi 2 avril, on était dans les temps mais c’est sans compter la roue avant droite à changer car elle s’est bien dégonflée durant la nuit. On sort tout mais cela prend plus de temps que prévue car le sol est meuble et notre cric s’enfonce. On arrive à Ensanada vers les 10h30. Le premier devis est un peu cher mais c’est la marque du bibendum. Les deux suivants n’ont pas notre taille, un troisième les recevra lundi bref c’est pas si simple. Je fais manger les filles entre deux garages puis le dernier fait une fausse joie à Seb car il a se qu’il nous faut et le devis est acceptable mais lorsqu’il appelle son magasin celui-ci est fermé seulement depuis 5 minutes. On se concerte vite fait avec Seb et nous optons pour ne pas attendre lundi. Direction le premier magasin mais la chance n’est pas avec nous car lorsque Seb entre dans le bureau la personne lui signifie qu’elle a éteint l’ordinateur et donc que sa journée est terminée. Euh, c’est marqué ouvert jusqu’à 18h et il n’est même pas 16h. Nous n’avons pas le choix, il faudra attendre lundi pour changer les pneus. Nous allons faire quelques courses de produits frais pour les 2 jours à venir et direction la Bufadora pour terminer la journée.

Dimanche 3 avril, la nuit a été calme. Nous sommes stationné sur un parking avec pleins de petites boutiques de souvenirs dans la rue à côté. Les filles veulent dépenser leurs derniers Pesos. Nous allons d’abord au point de vue observer l’océan s’écraser sur la falaise puis nous débutons le shopping. Léontine négocie son bracelet à moitié prix quant à Éléonore, elle a surpris le vendeur en lui parlant espagnol. Nous rentrons déjeuner dans Icidor puis regardons un film. Nous allons acheter le goûter à la panaderia, après dégustation de plusieurs échantillons (queso y frisa, mora ou café…) nous optons pour un pan queso y guayaba. Nous l’accompagnons par un thé car le temps s’est radouci,on a mis des pulls et des pantalons. La journée se termine tranquillement dans Icidor.

Lundi 4 avril, nous faisons sonner le réveil et partons direction le magasin de pneu pour y être dès l’ouverture. Les filles prennent leur petit-déjeuner en attendant que nos 4 pneus arrivent du dépôt. Pendant leurs changements nous devons attendre dans les bureaux du magasins. Pas d’école aujourd’hui ! Seb revient me voir avec une mauvaise nouvelle, le pneu avant droit n’est pas seulement usé, c’est la jante qui est fissurée. Il va falloir la faire réparer avant de passer la frontière car après quelques recherches il n’y a pas de jante pour notre véhicule au Mexique ! Comme toujours, Seb vérifie chaque manipulation faite sur Icidor et là encore on sait pourquoi il le fait. Ce n’est pas la bonne taille de pneus qui arrive de leur dépôt, il faut attendre 30 min de plus ! Maintenant, nous allons faire réparer la jante. Il y a 2 fissures et nous devons revenir dans 2 heures, on va refaire quelques courses de produits secs en attendant et manger. Nous arrivons un peu en avance, comme souvent, et il va falloir attendre encore car après vérification des soudures il y a encore 2 !! Nous indiquons que nous attendons devant pour lui signifier notre désir de partir au plus tôt. Au moment de payer, le prix double par rapport au prix annoncé à la dépose de la jante. Seb exprime son mécontentement mais surtout que nous n’avons pas assez de Pesos car nous allons aux États-Unis. Le patron explique qu’il a plus travaillé que prévu. Lorsque je lui montre le reçu qu’il nous a laissé ce matin avec le prix il nous laisse partir. Seb met vite la roue dans le couloir et nous partons. Maintenant direction Tecate et la frontière avec les USA. Nous faisons le plein de diesel et commençons la queue du poste de frontière. Pour y accéder, nous longeons le « fameux » mur qui sépare les deux pays.


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s